Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

40e anniversaire de la création des Décorations pour actes de bravoure

Rideau Hall, le vendredi 12 octobre 2012

 

C’est un privilège de vous recevoir à Rideau Hall pour cette cérémonie toute spéciale de remise des décorations pour actes de bravoure.

Ces distinctions ont été créées il y a quarante ans par mon prédécesseur le très honorable Roland Michener, afin de souligner le courage de gens qui, l’instant d’un moment, ont dû faire face à des circonstances extraordinaires.

Des gens comme vous, les récipiendaires de décorations pour actes de bravoure que nous honorons aujourd’hui.

En tant que gouverneur général, je suis toujours surpris par le contraste entre les gestes courageux posés par les récipiendaires honorés et l’humilité indéfectible de ces derniers. Vous savez comme moi que ces personnes qui risquent leur vie pour sauver quelqu’un s’évertuent ensuite à dire qu’elles n’ont rien d’un héros.

Est-ce de la fausse modestie? Est-ce que ce sont les bonnes manières qui amènent ces braves gens à faire preuve d’une telle humilité? Ou y a‑t‑il quelque chose de plus profond derrière cette modestie?

Je penche pour cette dernière explication. Je crois que cette humilité est une indication de la véritable nature de la bravoure.

Soyons honnêtes : les héros, au sens commun du terme, sont dans les bandes dessinées et dans les films. Les héros ont des qualités extraordinaires. Je serais surpris si quelqu’un parmi vous se considérait comme un superhéros.

Je dis cela parce que si vous étiez des superhéros, il n’y aurait rien de spécial aux gestes que vous avez posés. Vos journées entières seraient passées à tirer des gens des eaux glacées d’une rivière, à pénétrer dans des immeubles en feu ou à vous interposer entre des attaquants et leurs victimes.

Mais vos gestes n’avaient rien de banal, pas plus que les situations critiques que vous avez vécues.

Au contraire, la raison pour laquelle vos gestes sont si remarquables, c’est qu’ils ont été accomplis par de vraies personnes. Chacun de vous a ignoré son propre instinct de survie pour aider quelqu’un, par pur dévouement, au péril de sa vie.

Vos gestes nous rappellent que l’altruisme est un acte de bravoure et qu’il n’y a pas que les héros qui peuvent aider les gens dans le besoin.

En recevant votre décoration, vous joignez les rangs d’un groupe spécial qui s’est lentement élargi ces quarante dernières années.

Vous venez de toutes les régions du Canada et appartenez à diverses générations. À ce jour, le plus jeune récipiendaire de cette distinction est Julius Rosenberg, qui avait à peine 5 ans lorsqu’il a sauvé sa petite sœur des griffes d’un ours à West Hawk Lake, au Manitoba.

Je suis heureux de reconnaître aujourd’hui la bravoure de notre récipiendaire la plus âgée. À 95 ans, Mme Aline L’Ecuyer Lacroix a joué un rôle critique dans l’évacuation d’une maison de retraite à Gatineau, au Québec.

Ensemble, vous avez touché la vie des gens d’une manière remarquable. En tant que Canadiens, nous vous sommes redevables.

Je tiens aussi à honorer la mémoire de ceux qui ont péri dans les événements tragiques qui rendent ces décorations si nécessaires, et de ceux qui sont morts en tentant de sauver une vie.

J’offre mes plus sincères condoléances à leur famille et à leurs amis.

J’aimerais également remercier les membres actuels et passés du Comité consultatif des décorations pour actes de bravoure qui ont travaillé avec dévouement au fil des ans.

Finalement, au nom de tous les Canadiens, je désire exprimer mes remerciements les plus chaleureux aux récipiendaires des décorations pour actes de bravoure, pour leur courage et leur altruisme remarquables.