Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

50e anniversaire de la Garde côtière canadienne

Victoria (Colombie-Britannique), le jeudi 19 juillet 2012

 

Je suis honoré, en tant que gouverneur général, d’être nommé commissaire en chef honoraire de la Garde côtière canadienne. J’accepte ce titre en toute humilité, conscient du fait que c’est vous, les hommes et les femmes de la Garde côtière canadienne, qui contribuez au bien-être de notre pays de diverses manières.

J’ai eu le privilège, durant mon mandat, de rencontrer des membres de la Garde côtière et de découvrir comment ils aident notre pays à réussir.

Le Canada a une longue histoire sur l’eau, depuis l’époque des découvertes avec Champlain et l’établissement de Port Royal jusqu’à la création de Kingston, en Ontario, près de l’embouchure du Saint-Laurent, qui était un lieu idéal pour la défense et le commerce. Aujourd’hui, les océans nous offrent des possibilités nouvelles et intéressantes, dont les Canadiens tirent pleinement avantage.

J’aimerais faire ici trois observations qui se rapportent à votre travail, à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de la Garde côtière canadienne et dans la perspective de votre prochain demi-siècle au service du pays.

Tout d’abord, l’un des grands changements de l’histoire humaine s’est produit lorsque le nomadisme des chasseurs/cueilleurs a été remplacé par la sédentarisation agraire. Les êtres humains ont alors appris à cultiver la terre et à en exploiter les profondeurs, engendrant ainsi leur prospérité.

Au cours des 50 ans de votre histoire, nous avons également fait une transition, passant de la terre à la mer. En effet, nous avons appris à cultiver et à extraire les richesses de la mer, d’une manière durable, espérons-le. Or, la Garde côtière est à la fine pointe de ce tournant de l’histoire.

Deuxièmement, comme vous le savez très bien, le Canada possède le plus long littoral au monde. Inutile de dire que le pays qui saura le mieux créer et utiliser le savoir en matière de culture, de gestion et d’exploitation des mers de manière plus durable en retirera d’énormes avantages, qui seront assortis, évidemment, de responsabilités tout aussi grandes. Dans cette optique, nous devrions peut-être changer votre nom pour celui d’intendants des mers plutôt que Garde côtière!

Troisièmement, la devise du Canada a changé, passant « d’un océan à l’autre » à « d’un océan à l’autre et à l’autre ». Nous avons redécouvert notre nord, avec toutes les promesses qu’il contient et les responsabilités qui en résultent. Maintenant, nous sommes conscients de toute l’étendue de nos territoires terrestre et maritime.

J’espère que, en regard du passé et face aux nouvelles possibilités, vous tiendrez compte de l’importance d’inscrire dans votre vision pour le prochain demi-siècle la nécessité d’avoir une vue d’ensemble.

Maintenant que j’ai parlé des perspectives d’avenir, je voudrais aborder la question du service envers autrui, dont je souligne souvent l’importance.

Cette année, d’ailleurs, nous célébrons le dévouement de Sa Majesté la reine à l’occasion de son jubilé de diamant.

En soulignant les services qu’elle a rendus au Commonwealth, nous honorons également les services rendus au pays par tant de Canadiens qui ont grandement contribué à la prospérité de notre pays. C’est donc pour moi un honneur de remettre la Médaille du jubilé de la reine Elizabeth II à des récipiendaires dignes de mérite qui ont apporté une contribution si inestimable à l’organisation et qui ont rendu service à leurs concitoyens.

Il y a mille et une façons de rendre service à autrui. Vous tous ici présents l’avez fait dans divers rôles, améliorant ainsi le sort de vos collectivités et faisant honneur au Canada.

J’ai été vraiment étonné d’apprendre que, chaque jour, vous sauvez en moyenne 10 vies. Vous participez en outre à des missions de recherche et de sauvetage; vous gérez le mouvement des navires; vous aidez les navires de recherche scientifique et d’escorte à manœuvrer dans la glace. Et ce n’est qu’une partie de ce que vous faites chaque jour.

Il va sans dire que, chaque année, des milliers de gens vous sont reconnaissants pour le travail que vous accomplissez et pour le professionnalisme dont vous faites preuve au nom de notre pays.

Par votre courage, votre détermination et votre ingéniosité hors du commun, vous incarnez l’idéal du service envers le pays.

C’est la raison pour laquelle le rôle de la Garde côtière est si crucial.

En ce 50e anniversaire, il ne fait aucun doute que vous continuerez à prôner les valeurs de notre pays, à contribuer à sa croissance et à sauver des vies.

Merci.