Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise des Prix Michener pour le journalisme

Rideau Hall, le mardi 12 juin 2012

 

Bienvenue à Rideau Hall pour la remise des Prix Michener pour le journalisme.

Lorsque nous contemplons notre carrière, très peu d’entre nous ont la certitude d’avoir influé sur le changement. Très peu d’entre nous ont fait la lumière sur des enjeux clés et ont raconté l’histoire de Canadiens. Très peu d’entre nous ont cette responsabilité à l’égard du public qui incombe aux journalistes.

Plus que jamais, les journalistes sont aux prises avec une tâche difficile. Avant l’avènement de l’Internet, de la communication instantanée et des cycles de nouvelles en continu, nous nous tournions surtout vers les organisations de nouvelles pour comprendre ce qui se passait dans le monde.

Aujourd’hui, les nouvelles voyagent dans les médias sociaux aussi rapidement qu’au sein d’une agence de presse. La rumeur se confirme et la vérité s’embrouille, la ligne séparant les deux étant bien mince. Pourtant, malgré la montée du journalisme citoyen, le rôle fondamental du journaliste n’a pas changé.

Jamais, de toute notre histoire collective, nous n’avons eu une telle masse d’information — bonne ou moins bonne — à portée de main. Les journalistes ont donc une responsabilité encore plus grande, non seulement à l’égard du public, mais de la vérité.

Pour s’acquitter de cette responsabilité, pour aller au cœur de l’histoire, le journaliste doit d’abord susciter la confiance. Sans la confiance, sans l’assurance que le journalisme protège et préserve notre société, ou remet en cause le statu quo dans le but d’améliorer nos vies — en d’autres mots, sans l’assurance que le journalisme sert l’intérêt public — la profession ne peut exister.

La vérité est le pilier du contrat social établi entre les journalistes et le public; une fois perdue, elle est très difficile à regagner.

En réalité, les journalistes ont un contrat social avec la société depuis l’arrivée de la presse écrite. Ils ont accepté de chercher la vérité, de protéger nos libertés les plus fondamentales, et de faire contrepoids aux détenteurs du pouvoir. Malgré les temps qui changent, et même si la diffusion des nouvelles n’est plus l’apanage des journalistes, nous avons encore besoin du type de journalisme qui est mis à l’honneur ce soir, soit le reportage honnête et approfondi.

Vous qui êtes ici ce soir, vous qui avez traqué la vérité et révélé les injustices de notre société, vous représentez cet idéal auquel vos collègues devraient aspirer. Vous êtes tenaces, acharnés et déterminés. Vous avez raconté l’histoire de Canadiens ordinaires. Vous avez lutté en leur nom — parfois même contre vents et marées — en faveur de changements réels et durables.

Vous avez réussi grâce à votre réputation de source de nouvelles digne de confiance, grâce à votre désir d’honorer vos obligations.

À l’instar des avocats, des médecins et des ingénieurs, les journalistes ont une responsabilité additionnelle à l’égard de la prochaine génération. D’où l’importance d’une éducation de qualité et de la nouvelle Bourse Michener-Deacon pour les études en journalisme.

Cette bourse permettra à une nouvelle génération de journalistes d’apprendre auprès des meilleurs. En faisant connaître votre histoire, vos réussites et vos échecs, ainsi que les leçons apprises durant votre carrière, vous préservez les valeurs qui nous sont chères, comme la liberté de pensée, d’expression et de parole.

Votre dévouement à l’égard de la société et de la vérité est admirable, et vos réussites sont source d’inspiration. Depuis plus de quarante ans, les Prix Michener honorent des Canadiens comme vous. Vous incarnez l’esprit journalistique traditionnel, tout en ouvrant les bras aux défis de l’avenir. Félicitations à tous, et bon succès dans votre quête de la vérité pour le bien public.

Merci.