Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise des Prix Killam

Rideau Hall, le mardi 15 mai 2012

 

Je suis très heureux de vous recevoir à Rideau Hall pour célébrer l’apprentissage et la découverte.

Pour les chercheurs, les Prix Killam comptent parmi les distinctions les plus prestigieuses au monde.

Dorothy et Isaac Walton Killam privilégiaient la connaissance au sein de la société. Ils comprenaient également l’importance de reconnaître et d’appuyer le travail de nos universitaires et chercheurs émérites.

Nous sommes ici ce soir pour rendre hommage à ceux qui consacrent leur vie à la recherche de la vérité et de la compréhension, à la promotion de l’esprit de découverte au Canada.

Depuis la création des Prix Killam en 1965, l’importance de la connaissance dans notre société n’a fait que s’accroître.

Non seulement est-il plus important que jamais d’acquérir des connaissances, mais il est aussi crucial de comprendre les répercussions de nos découvertes et d’appliquer les leçons apprises.

Pour citer feu Jane Jacobs :

« La vie contemporaine exige un savoir impressionnant dans toutes les sphères, de la science à la participation démocratique. » [Traduction]

Cette vérité toute simple a des répercussions profondes sur nous tous. La mondialisation nous a littéralement offert un monde de possibilités de collaboration, mais elle a aussi engendré de nouveaux risques.

La rapidité du changement, combinée à la complexité et à la nature interdépendante du monde moderne, nous oblige à solidifier notre engagement à apprendre et à travailler ensemble.

Les lauréats des Prix Killam de cette année sont à l’image de la communauté diversifiée et multidisciplinaire que nous devons former, en tant que Canadiens et citoyens du monde. Vous êtes des chefs de file à l’échelle mondiale en sciences humaines, naturelles et sociales, en génie, et en sciences de la santé.

Ensemble, vous travaillez à certains des défis les plus pressants de l’humanité. En même temps, vous relevez les plus passionnantes possibilités.

Je ne saurais vous dire toute l’admiration que j’ai pour vos réalisations. Ayant passé la grande partie de ma vie et de ma carrière en milieu universitaire, avant mon installation comme gouverneur général, je suis conscient du travail acharné, de la créativité et du dévouement nécessaires à l’atteinte d’un tel niveau d’excellence.

Ces distinctions soulignent le travail de toute une vie et vous encouragent à poursuivre vos recherches et à fouiller les univers inconnus. Il me tarde de suivre vos progrès!

J’en profite également pour vous inciter à trouver des façons à la fois nouvelles et novatrices de faire connaître vos résultats, non seulement aux autres chercheurs, mais aussi au grand public.

Que pouvez-vous faire, au plan individuel, pour aider la population à mieux comprendre les concepts de l’herméneutique, des algorithmes, des supraconducteurs, de la science moléculaire, de la micro-économie et de la macro-économie?

Je vous pose cette question pour une raison toute simple : il faut un public bien informé pour assurer la vitalité de notre démocratie.

En tant que Canadiens, nous devons nous efforcer de faire de nouvelles découvertes et, surtout, d’en comprendre la signification, puis d’en discuter. Pour ce faire, nous comptons sur vous, nos experts, nos enseignants.

Chacun d’entre vous participe à une collaboration humaine de grande envergure qui, au fil des ans, a mené à l’explosion du savoir.

Je désire vous remercier, et vous féliciter, pour votre apport extraordinaire à notre compréhension commune. Je vous souhaite le plus grand des succès dans vos entreprises futures.

C’est un honneur de vous remettre les Prix Killam.

Merci.