Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Banquet du jubilé de diamant de Sa Majesté

Ottawa, le samedi 12 mai 2012

 

Il y a moins de deux semaines, mon épouse, Sharon, et moi étions à la Barbade. Outre les nombreux partenariats entre ce magnifique pays et le Canada, un lien déterminant unit nos deux nations — Sa Majesté la reine — notre chef d’État commun.

Pendant mon séjour à la Barbade, j’ai vécu la joie que suscite la célébration du jubilé de diamant de Sa Majesté, en 2012, aux côtés d’un peuple qui partage nos convictions. J’ai eu la chance de discuter, avec le gouverneur général intérimaire, de notre lien commun avec la Couronne.

Partout où je vais — en France pour le 95e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy, au Brésil pour parler d’éducation internationale, à Trinidad-et-Tobago dans le cadre d’une visite d’État, ou à la Barbade — je suis toujours conscient du fait que je représente non seulement le Canada, mais aussi la Couronne. Je représente Sa Majesté la Reine. C’est pourquoi je tente de m’astreindre aux normes élevées qu’elle a établies au fil des ans.

Et quel exemple elle a donné!

Depuis soixante ans, Sa Majesté a une perspective unique sur le monde. Propulsée à l’avant-scène alors qu’elle n’avait que 25 ans, après la mort de son père, le roi George VI, elle a assumé ses responsabilités avec une dignité et une grâce admirables. D’emblée, elle s’est révélée un monarque rempli de sollicitude.

Aujourd’hui, des organisations caritatives du monde entier comptent sur le soutien du palais de Buckingham. Beaucoup d’autres ont obtenu le titre royal, dont l’importance est bien connue des représentants de la Société royale du Commonwealth présents ici ce soir.

Durant l’année du jubilé de diamant, la Reine s’est donné comme priorité de reconnaître les bénévoles et ceux qui ont amélioré leur communauté. De remercier ces personnes qui travaillent dans l’ombre afin d’aider les gens dans le besoin.

Et c’est ce que nous souhaitons faire également. Cette année, nous avons remis la médaille du jubilé de diamant à 60 000 Canadiens méritants, y compris des bénévoles, qui ont contribué au mieux-être de notre pays. En soulignant leur engagement à servir les autres, nous honorons également Sa Majesté.

Pour certains, Sa Majesté est la Couronne; elle a été leur seule Reine. Pour d’autres, la Reine fait partie intégrante de notre pays, au même titre que le hockey ou le régime universel de soins de santé.

D’où l’importance de souligner cet événement, ce jalon de notre histoire. Nous ne célébrons pas seulement Sa Majesté, nous célébrons aussi l’identité canadienne.

La monarchie est profondément ancrée dans notre histoire; elle l’était avant même la Confédération. Cela nous différencie en tant que peuple, tout en nous rapprochant des autres pays du Commonwealth. La monarchie est un lien vivant avec nos ancêtres.

Dans son allocution devant le Parlement de Londres en l’honneur du jubilé de diamant, la Reine a dit ce qui suit :

« Ma propre association avec le Commonwealth m’a appris que le lien le plus important entre deux nations est généralement le lien entre leurs citoyens. »

Dans notre hommage à la Reine, rappelons-nous que ce sont les gens — les Canadiens, les Barbadiens et les habitants des autres pays du Commonwealth — qui ont suivi l’exemple de la Reine. Ils ont fait de nous des amis et des alliés, à bien des égards. Ils ont appris de Sa Majesté que c’est en servant autrui, en travaillant main dans la main, que l’on améliore le sort d’un pays et celui du monde entier.

Merci.