Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Déjeuner officiel offert par la première ministre de la République de Trinité-et-Tobago

Port of Spain (Trinité‑et‑Tobago), le mardi 1er mai 2012

 

Je vous remercie de votre accueil chaleureux. Mon épouse, Sharon, et moi‑même sommes heureux d’être ici.

Je débuterai en disant à quel point je suis ravi de vous parler de l’engagement continu du Canada à l’égard de ses relations avec Trinité‑et‑Tobago.

Comme vous le savez, nos deux pays célèbrent cette année cinquante ans de relations diplomatiques – même si, bien sûr, nous sommes des partenaires commerciaux depuis les années 1800, époque où nous échangions de la morue salée contre du sucre, de la mélasse et du rhum trinidadiens.  

Cet événement est une merveilleuse occasion de célébrer nos liens historiques et de regarder vers l’avenir, et il coïncide avec le cinquantième anniversaire de votre indépendance. Au nom de tous les Canadiens, j’offre mes sincères félicitations et mes meilleurs vœux à votre pays. Trinité­et­Tobago est aujourd’hui un important pays des Caraïbes; son apport à la vie sociale, économique et culturelle de cette région est remarquable.

Votre pays est également un partenaire clé du Canada, qui a la chance d’accueillir quelque 100 000 personnes originaires de vos îles. Je constate aussi avec bonheur que Trinité­et­Tobago compte quelque 6 000 Canadiens expatriés, une communauté importante. On m’a dit cependant que ces deux chiffres devraient probablement être révisés à la hausse.

Ensemble, nous nous appuyons sur ces années d’amitié et de coopération, sujet que je suis impatient de traiter plus en détails.         

De plus en plus, nous établissons de nouveaux partenariats intéressants.

La coopération en matière de sécurité est d’ailleurs l’un de nos domaines de collaboration. Qu’il s’agisse de services policiers, de questions judiciaires ou de services correctionnels, nous travaillons ensemble pour améliorer la sécurité à Trinité‑et‑Tobago à différents niveaux. J’espère en apprendre davantage sur notre collaboration dans ce domaine pendant ma visite.

Je tiens également à souligner le travail que nous faisons ensemble en matière de responsabilité sociale des entreprises à Trinité‑et‑Tobago. Pour bâtir un monde plus averti et bienveillant, nous devons faire en sorte que le développement s’accompagne de pratiques responsables sur les plans social et environnemental. Je me réjouis d’ailleurs des progrès que nous réalisons à cet égard.

Demain, je rencontrerai des gens d’affaires et des dirigeants communautaires du Canada et de Trinité‑et‑Tobago. J’ai la chance d’être accompagné d’une délégation de Canadiens d’expérience qui souhaitent collaborer avec les gens de ce pays. Il me tarde de rencontrer ces personnes.       

Nous collaborons également dans le domaine des arts et de la culture. Je suis heureux de dire que nous avons chaque année une vibrante célébration du Carnaval à Toronto, en grande partie grâce aux relations entre nos deux peuples. Le tambour métallique a assurément sa place au Canada.    

Pour terminer, j’ai passé la plus grande part de ma vie dans des institutions postsecondaires avant de devenir gouverneur général. Je souhaite donc discuter des liens éducationnels qui existent entre nos deux pays. Tout comme de nombreux Canadiens et comme le peuple de Trinité‑et‑Tobago, je crois fermement dans le pouvoir qu’a l’apprentissage de changer nos vies pour le mieux. Nombre d’entre vous ont fréquenté nos universités et collèges, et nous vous remercions de votre contribution, de vos idées novatrices et de votre passion.

Grâce à l’éducation, nous pouvons consolider nos liens et accroître nos connaissances, en apprenant ensemble, dans tout l’éventail des disciplines et au‑delà des frontières. C’est ce que j’appelle souvent la diplomatie du savoir. Je me réjouis de la collaboration de longue date qui existe entre nos deux pays en matière d’éducation.  

Aujourd’hui, nous pouvons élargir notre apprentissage et participer à de nouveaux partenariats intéressants.

Les relations que nous entretenons sont dynamiques et multidimensionnelles. Nous travaillons ensemble, non seulement dans nos pays respectifs, mais dans toute la région des Antilles et à l’échelle internationale.

Dans le monde d’aujourd’hui, le succès repose sur notre capacité de tisser des liens et de collaborer. Je souhaite remercier personnellement la première ministre Perssad‑Bissessar pour son hospitalité, et vous tous pour l’accueil que vous nous avez réservé et que vous réservez à tous les Canadiens qui viennent ici en visite, pour travailler ou pour étudier.

Profitons de l’occasion pour explorer plus à fond nos relations, tout en cherchant des façons de travailler ensemble pour le bien de tous.

Merci.