Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Visite du site historique de la garnison de Barbade

Saint-Michael (Barbade), le lundi 30 avril 2012

 

Je suis ravi d’être à la Barbade et de découvrir la riche histoire commune de nos deux pays.

Je suis particulièrement heureux de visiter le fort St Ann, qui fait partie du site historique de la garnison, un lieu incroyablement vaste et qui a été désigné bien du patrimoine mondial par l’UNESCO. Cet endroit me rappelle d’ailleurs un lieu semblable au Canada qui a également une riche histoire.

Il s’agit de la Citadelle, qui est la résidence officielle du gouverneur général du Canada à Québec. La Citadelle est une fortification administrée par des militaires en service actif et  dont l’histoire s’inscrit dans celle de la ville de Québec, qui remonte à plus de 400 ans. Tout comme l’enceinte de la garnison, la Citadelle de Québec est un symbole de force et d’unité.

Ce n’est pas par hasard que ces deux mots, force et unité, décrivent les liens d’amitié entre le Canada et la Barbade.  

Des lieux comme celui-ci nous font remonter le temps, à une époque où la vie était bien différente dans les domaines technique, social et politique. Aujourd’hui, c’est une base militaire active, qui abrite des installations de pointe vouées à la formation en technologie de l’information, un projet que le Canada a été fier d’appuyer. Il y a toutefois deux choses qui ont résisté à l’épreuve du temps entre le Canada et la  Barbade.

Premièrement, le chef d’État que nous partageons. Les célébrations qui se déroulent tout au long de cette année pour célébrer le Jubilé de diamant de Sa Majesté la Reine viennent souligner notre étroite relation avec le Commonwealth. 

Deuxièmement, l’amitié durable entre le Canada et la Barbade. J’ai utilisé les mots « force et unité » pour décrire deux sites du patrimoine mondial. Or, ces mots s’appliquent à plus forte raison à nos relations au fil de l’histoire.

Aujourd’hui, en fait, les peuples de nos deux pays jouissent de relations positives à tant d’égards. Cela dit, ce qui me frappe le plus, ce sont nos importants échanges en matière d’apprentissage.

Ainsi, des étudiants et des professeurs de la Barbade collaborent avec des institutions canadiennes grâce à des programmes de bourses et d’échanges, et des étudiants et chercheurs canadiens viennent à la Barbade pour y acquérir des connaissances et des expériences différentes.

Nos liens dans le domaine de l’éducation ont une portée encore plus large.

En effet, je comprends, en me familiarisant avec l’histoire et la beauté de votre pays, pourquoi  les soldats canadiens ont participé à des activités militaires ici et pourquoi nous continuons, jusqu’à ce jour, à nous enrichir l’un l’autre de nos savoirs. 

C’est ici que le major-général Sir Isaac Brock a été affecté pendant des années avant de se rendre au Canada. Qui sait si ce qu’il a appris durant son séjour ici n’a pas aidé le Canada à remporter la victoire au terme de la guerre de 1812?

Ce que nous savons, c’est que notre étroite relation s’est maintenue. À maintes occasions, les militaires Barbadiens ont servi aux côtés des Canadiens, et le Canada est fier de collaborer de diverses manières avec les forces de défense de la Barbade, notamment en appuyant un large éventail de cours de formation.

L’an dernier, à la même époque, des cadets du régiment canadien des Governor General’s Foot Guards sont venus à la Barbade pour rencontrer des cadets d’ici et échanger leurs connaissances. Cette expérience a sûrement été pour eux des plus enrichissantes, des plus instructives et des plus agréables.

En juin, des membres des Forces canadiennes seront à la Barbade pour participer à l’exercice d’entraînement militaire annuel Tradewinds. Ce ne sont là que deux exemples de notre coopération de longue date. 

Ce qui m’impressionne le plus, ce sont les échanges en matière d’apprentissage, car c’est ainsi que nous pratiquons ce que j’appelle la diplomatie du savoir, c’est‑à‑dire le partage des connaissances qui se produit entre les gens et entre les frontières et les disciplines.

Lorsque des pays s’engagent dans la diplomatie du savoir, ce sont les gens qui en bénéficient vraiment, comme en témoignent nos liaisons militaires.

Mon séjour dans votre pays m’a fourni l’occasion de voir la force de votre peuple et sa détermination. J’espère que nous continuerons à travailler étroitement ensemble dans différents domaines de manière à bâtir un monde plus averti et plus bienveillant.

Merci.