Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Présentation de lettres de créance (Islande, Kazakhstan, Zambie, Mali)

Rideau Hall, le jeudi 8 mars 2012

 

Je suis ravi de vous recevoir à Rideau Hall aujourd’hui.

C’est pour moi un grand privilège de maintenir une tradition établie par mon prédécesseur, le très honorable Jules Léger, qui est devenu, en 1975, le premier gouverneur général à accueillir les chefs de mission au Canada.

M. Léger était très familier avec le milieu diplomatique, puisqu’il avait travaillé au service extérieur pendant de nombreuses années avant d’occuper la fonction de gouverneur général. À l’époque, il était le plus jeune ambassadeur canadien envoyé à l’étranger, une affectation qui a été suivie de nombreuses autres dans le monde, tout au long de sa carrière.

Comme c’est le cas dans vos quatre pays, le Canada ne choisit que les plus brillants éléments parmi ses jeunes comme candidats à une carrière diplomatique et les fait progresser rapidement.

Ayant vécu dans trois continents et ayant déménagé neuf fois en dix ans, il a souvent fait des commentaires sur le mode de vie unique, et parfois difficile, des diplomates. 

Vous êtes les premiers à savoir que chaque nouvelle affectation nécessite de votre part une bonne dose d’apprentissage, de patience et d’humilité. Comme le soulignait Jules Léger, c’est un travail exigeant, mais combien valorisant :  

« Aussi étrange que cela puisse paraître… nous aimons notre profession, disait-il. Nous l’aimons, parce qu’elle nous permet de servir une cause plus grande que nous, une cause à laquelle nous consacrons allègrement notre temps et nos meilleurs efforts. »

Cette cause des plus valables, c’est la diplomatie. Chacun et chacune de vous représentez les citoyens de vos pays respectifs, et vous êtes ici pour communiquer avec les Canadiens et œuvrer à une cause commune, celle d’édifier un monde plus averti et plus bienveillant.

C’est donc avec le plus grand optimisme que je vous accueille aujourd’hui.

Monsieur l’Ambassadeur Oskarsson, votre considérable expérience diplomatique au sein d’organisations telles que l’OTAN, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et l’ONU vous sera des plus utile durant votre affectation au Canada. Je crois comprendre que vous avez travaillé en étroite collaboration avec les Canadiens durant votre séjour en Afghanistan. Je suis d’ailleurs impatient de vous entendre me parler de votre expérience dans cette région du monde. Je suis convaincu que vous et votre famille aimerez explorer notre vaste pays d’un océan à l’autre.             

Étant deux peuples qui ont des intérêts et des traditions en commun, les Canadiens et les Islandais entretiennent des relations chaleureuses et amicales. Nos liens historiques remontent à un millier d’années, à l’époque des premiers établissements islandais ici. Aujourd’hui, la communauté islando-canadienne est un segment dynamique de notre société multiculturelle. Nos deux pays sont signataires d’ententes dans divers domaines tels que les opérations de recherche et de sauvetage dans l’Arctique, les droits de la personne et le libre échange, et les Canadiens comptent sur une coopération accrue avec les Islandais dans les années à venir.  

Monsieur l’Ambassadeur Zhigalov, je vous souhaite la bienvenue au Canada, une affectation qui vient s’ajouter à votre feuille de route comme diplomate de carrière. Le travail que vous avez accompli en Europe et vos récentes fonctions à titre de sous‑ministre des Affaires étrangères vous procurent une foule de connaissances et d’expériences que vous pourrez mettre à profit dans votre collaboration avec les Canadiens. Je vous souhaite, ainsi qu’à votre famille, une installation des plus agréables dans votre nouvelle demeure. Je crois comprendre que votre fille, Zhanna, qui est ici aujourd’hui, a fait de bons choix pour poursuivre ses études universitaires.

Le Canada apprécie ses relations bilatérales avec le Kazakhstan, et je suis heureux de souligner que le mois d’avril marquera 20 années de relations diplomatiques entre nous. Nos liens économiques en pleine expansion et notre engagement commun en faveur de la non‑prolifération sont d’importants exemples de la coopération entre nos deux pays. Le Canada se réjouit de continuer à travailler à une cause commune avec le Kazakhstan, un pays qui partage nos valeurs.

Monsieur le Haut-commissaire Samakai, je suis certain que votre séjour au Canada sera un chapitre intéressant de votre longue et distinguée carrière. Votre expérience en tant que diplomate et fonctionnaire vous permet d’avoir une perspective globale qui est largement appréciée et respectée. Il me tarde de m’entretenir avec vous pour en apprendre davantage sur la Zambie. Je vous souhaite une transition harmonieuse à la vie au Canada.

Le Canada est un bon ami de la Zambie, dont nous sommes un partenaire en développement depuis son indépendance. Aujourd’hui, nous sommes résolus à accroître notre coopération. Les Canadiens se réjouissent d’avoir un terrain d’entente commun avec les Zambiens, comme en témoigne notre contribution au secteur de la santé et à la démocratie dans votre pays, par l’intermédiaire de l’Agence canadienne de développement international. Je suis également heureux de souligner notre désir mutuel de paix et de sécurité en Afrique.

Madame l’Ambassadeure Traoré Ami Diallo, votre expérience considérable au sein d’institutions internationales et du service extérieur vous sera d’une aide précieuse durant votre séjour au Canada. Je constate avec intérêt que vous avez travaillé à des dossiers ayant trait à l’Amérique du Nord et que vous avez été présidente de l’Association des Femmes des Affaires étrangères. J’en profite d’ailleurs pour vous exprimer mes meilleurs vœux à l’occasion de la Journée internationale de la femme. 

Le Canada et le Mali entretiennent de solides relations bilatérales fondées sur des valeurs et des priorités communes, notamment les droits humains et la saine gouvernance. Notre amitié profonde repose, entre autres, sur notre participation commune à titre de membres de la Francophonie et des Nations Unies.

Le Canada tient à féliciter le Mali pour son utilisation efficace de l’aide étrangère, pour son engagement en faveur du maintien de la paix en Afrique et en Haïti, et pour sa volonté d’explorer des modèles de gouvernance innovateurs, qui fait du Mali un chef de file à cet égard en Afrique de l’Ouest. Le Canada se réjouit à l’idée de continuer à coopérer avec le Mali dans les années à venir.

En terminant, je voudrais féliciter chacun et chacune de vous pour avoir été nommés à vos nouveaux postes. Je suis certain que vous trouverez que les Canadiens sont accueillants et que vous serez fascinés par la grande diversité de notre pays.

Je tiens également à vous remercier d’être ici dans l’esprit de mieux connaître le Canada et de partager la perspective unique de votre pays. Puissions-nous travailler ensemble pour faire de ce monde un monde plus équitable, plus juste et plus pacifique.

Merci.