Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise des Prix du Gouverneur général en commémoration de l’affaire « personne »

Rideau Hall, le mardi 18 octobre 2011

 

Je suis ravi de vous accueillir ici aujourd’hui pour commémorer l’affaire « personne », l’un des événements marquants de l’histoire du Canada.

Partout dans le monde, les femmes apportent leur contribution dans toutes les sphères du savoir et œuvrent pour assurer un avenir meilleur.

Lorsque les femmes souffrent ou se voient refuser l’égalité, cela détruit des vies et rend le progrès impossible.

C’est la raison pour laquelle nous nous réunissons chaque année afin de commémorer  l’affaire « personne ». Avant 1929, c’est‑à‑dire avant qu’Henrietta Muir Edwards, Nellie McClung, Louise McKinney, Emily Murphy et Irene Parlby n’eurent renversé le statu quo selon lequel les femmes n’étaient pas considérées comme des « personnes » d’après la définition de ce mot à l’époque, notre pays ne pouvait aspirer à exploiter pleinement son potentiel.

Les Canadiens doivent reconnaissance aux cinq femmes célèbres pour avoir insisté sur le droit des femmes de participer à notre société à part entière. Cependant, comme le disait Nellie McClung après leur victoire historique, « Il reste encore du chemin à parcourir. »

En tant que parents de cinq filles, qui nous ont donné six petites-filles et deux braves petits‑fils, Sharon et moi savons que la lutte continue. Nous avons vu, avec émerveillement et parfois stupéfaction, nos filles progresser dans leurs carrières et bâtir leurs familles, car elles y ont réussi en dépit d’une culture, où il est souvent très difficile pour les mères de famille d’atteindre le sommet de leur profession.

Évidemment, les raisons d’un tel contexte sont nombreuses et complexes, ce qui ne rend pas le problème plus acceptable pour autant. Si nous voulons tirer profit de la réserve de talents de la nation tout entière pour saisir les occasions de croissance, nous devrons trouver des moyens d’atteindre un équilibre qui avantage tous les membres de la société.

Comme vous le savez tous, tenter d’équilibrer le travail et la vie familiale n’est qu’un des défis auxquels les femmes doivent faire face de nos jours.

La santé des femmes, la violence dont elles sont victimes, la justice et l’égalité, ce sont là des questions sérieuses et urgentes auxquelles nous devons porter attention, comme Sharon et moi l’avons constaté au cours des visites que nous avons effectuées dans diverses collectivités cette année.

C’est pour ces graves et persistants enjeux qu’aujourd’hui, en plus de commémorer l’affaire « personne », nous rendons également hommage à vos réalisations dans les domaines de la justice et de l’égalité des femmes.

Vous avez toutes fait preuve d’un zèle, d’un courage et d’une créativité remarquables en vous attaquant à certains des problèmes les plus pressants au Canada aujourd’hui.

Vous avez toute ma gratitude pour le courage et le dévouement dont vous avez fait preuve. Je tiens à ajouter que je suis très heureux de souligner la contribution des jeunes à ces causes des plus importantes et d’accueillir des étudiants à Rideau Hall en cette occasion.

Mon vœu le plus cher est que vous suiviez l’exemple des récipiendaires d’aujourd’hui et que vous poursuiviez ce travail à l’avenir.

Enfin, et surtout, je suis ravi d’accueillir d’anciennes récipiendaires qui continuent de nous inspirer par leur passion pour les droits des femmes.

Les efforts et le bien-être des femmes sont essentiels au pays dont nous rêvons. Au nom de tous les Canadiens, je vous remercie et vous félicite pour tout ce que vous avez fait. 

Merci.