Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Présentation de lettres de créance (Salvador, Philippines, Confédération suisse, Timor-Leste, Maurice, Monténégro)

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

La Citadelle, le lundi 19 septembre 2011

 

Mon épouse, Sharon, et moi vous souhaitons la bienvenue à la Citadelle, mais aussi à Québec et, bien sûr, au Canada.

Il ne fait pas de doute que notre monde devient de plus en plus planétaire. Car ce qui se passe dans un pays peut avoir des répercussions à l’échelle mondiale. Nous en sommes conscients plus que jamais en voyant des pays se débattre avec des problèmes économiques de toutes sortes, qui résultent de la multitude des interrelations dans le monde.

Nous devons cependant nous garder de nous isoler, car personne ni aucun pays ne vit en vase clos. Ken Dryden, ancien parlementaire canadien, affirmait dans son livre intitulé Becoming Canada ce que l’on pourrait traduire ainsi : « Les problèmes et les possibilités de notre époque sont trop considérables pour qu’on puisse y faire face seul. Collaborer, coopérer, travailler ensemble : voilà où s’en va notre monde. »

Votre présence au Canada permet de perpétuer de belle manière la noble tradition diplomatique qui nous est si chère.

Monsieur l’Ambassadeur Granados, je souhaite ardemment connaître votre point de vue sur l’éducation. Il semble que vous ayez passé de nombreuses années à l’Université du Salvador. Sachez alors que l’ancien président d’université que je suis est toujours ravi d’échanger sur ce que nous pourrions faire pour continuer à encourager l’apprentissage, sous toutes ses formes.

Votre arrivée au Canada coïncide avec le 50e anniversaire de nos relations diplomatiques avec le Salvador. Je formule le souhait que les cinquante prochaines années soient profitables à nos deux pays, dans un contexte où nous cherchons à faire des Amériques une région plus forte et plus prospère.

Monsieur l’Ambassadeur Gatan, vous comprenez fort bien l’importance de servir autrui, car vous avez joué un rôle de taille dans la fonction publique de votre pays. Je salue votre dévouement et vos réalisations, vous qui avez voyagé de par le monde dans le but de servir votre pays. Ici, vous serez à même de constater que les Canadiens sont enthousiastes à l’idée de travailler avec vous.

Le Canada et la République des Philippines travaillent en étroite collaboration, au profit de leurs populations respectives. Les liens d’ordre culturel, politique ou économique que nous avons établis sont désormais plus solides, grâce à notre coopération très étendue. Il me tarde de voir comment évolueront nos relations, alors que vous vous installez dans vos nouvelles fonctions au Canada.

Monsieur l’Ambassadeur Lehner, vous êtes en pays de connaissance au Canada, puisque vous y avez vécu dans votre enfance. J’ai donc le plaisir de vous souhaiter un bon retour dans ce pays où vous vous sentiez autrefois chez vous et, aussi, un séjour fructueux et agréable.

Le Canada et la Suisse ont une excellente relation, qui se fonde sur des intérêts similaires dans diverses sphères. Il faut dire que la vaste communauté de Canadiens d’origine suisse nous a rapprochés, ajoutant du même coup à notre riche patrimoine culturel. Je suis heureux que vous reveniez au Canada pour contribuer à renforcer nos liens déjà solides.

Monsieur l’Ambassadeur Pinto, vous êtes le premier représentant de la République démocratique du Timor‑Leste accrédité auprès du Canada. Je suis honoré de vous compter parmi nous, vous qui êtes bien placé pour comprendre la valeur de la liberté. Vous serez à Washington pendant un certain temps, ce qui vous aidera certainement à vous acclimater à votre nouveau rôle au Canada.

Votre jeune pays doit relever des défis bien particuliers, et je suis fier de savoir que nous travaillons de concert pour les surmonter, pour le bien de nos populations respectives. J’ai espoir que cette nouvelle étape de nos relations ne puisse qu’affermir notre collaboration florissante.

Monsieur le Haut‑Commissaire Soborun, vous avez voué votre carrière à votre pays et à la communauté internationale. Vos réalisations ont été d’une grande utilité non seulement pour vos concitoyens, mais aussi pour les pays avec lesquels vous avez travaillé.

J’attends avec intérêt de voir comment nous pourrons conjuguer nos efforts pour développer davantage la relation fructueuse qui s’est établie entre la République de Maurice et le Canada. Les liens que nos deux pays entretiennent avec diverses organisations, par exemple le Commonwealth, la Francophonie et les Nations Unies, renforcent d’autant notre partenariat grandissant.

Monsieur l’Ambassadeur Darmanović, vos antécédents dans le monde universitaire alimenteront assurément nos conversations, l’éducation étant un sujet qui me passionne, comme je le mentionnais. Cela dit, je vous invite à aller à la découverte des mille et une splendeurs de notre pays et du talent de sa population, car il n’y a rien de mieux pour apprendre à le connaître.

Le Canada est fier de travailler avec le Monténégro à différents dossiers, ici même et sur la scène internationale. Tout en cherchant à nouer des relations plus étroites, fondées sur le commerce et sur notre rôle au sein de diverses organisations, nos deux pays continueront, j’en ai la certitude, de faire valoir les idéaux auxquels ils aspirent l’un et l’autre.

En terminant, je tiens à vous féliciter, vous tous ici présents, pour votre nomination. Le Canada et les pays que vous représentez ont de la chance de pouvoir faire appel à des gens si dévoués et professionnels, pour le plus grand bien de tous.

Ken Dryden écrivait en substance : « Lorsque l’on songe au Canada, il faut penser au reste du monde. » J’ajouterais que nous devons penser à une échelle planétaire pour réussir à l’échelle locale. Votre présence nous montre bien que les relations qui comptent dans notre société moderne importent à nos pays respectifs.

Encore une fois, mon épouse Sharon et moi vous souhaitons à tous un excellent séjour au Canada.

Merci.