Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Événement spécial en l’honneur des bénévoles d’Habitat pour l’humanité

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Saskatoon, le lundi 12 septembre 2011

 

Je suis ravi d’être ici pour aider à rendre hommage à ceux et celles qui ont apporté leur contribution à Habitat pour l’humanité, en donnant aux personnes dans le besoin accès à une maison convenable et la possibilité d’améliorer leur qualité de vie.

Au cours de l’année écoulée, ma première comme gouverneur général, j’ai participé à plusieurs reprises à la construction de maisons pour cet organisme à travers le Canada. J’ai bien aimé retrousser mes manches pour prêter main forte à diverses collectivités d’une manière concrète. Vous savez aussi bien que moi qu’il est profondément satisfaisant de planter un clou ou d’élever un mur.

Au Manitoba, j’ai eu le privilège de me joindre au très honorable Edward Schreyer,  lui‑même membre du conseil international de l’organisme et ardent promoteur du travail que vous accomplissez, pour aider à construire  la 2 000e maison d’Habitat pour l’humanité au Canada. Ce moment historique pour l’organisation a permis de souligner l’importance de ce que vous faites pour les gens de la collectivité.

L’influence d’Habitat pour l’humanité ne cesse de s’étendre. Par exemple, lors de mon récent passage à Nunavut, j’ai rencontré des bénévoles qui avaient édifié la première habitation à Iqaluit, ainsi que les propriétaires des deux premières maisons. Il était remarquable de voir la joie sur leurs visages; ils savaient que ce qu’ils ont accompli ensemble a vraiment changé les choses pour le mieux.

En fait, toutes ces expériences que j’ai vécues m’ont beaucoup rappelé mon chez‑moi à Waterloo, en Ontario, et la communauté mennonite qui s’est souvent réunie pour bâtir des granges pour leurs voisins.

J’aime bien raconter l’histoire d’Edgar, l’un de nos voisins mennonites, et de la construction de grange. Elle démontre bien comment les liens qui unissent une communauté peuvent être pour elle une source de soutien dans l’adversité.

Un jour, Edgar était chez nous. Pendant que Sharon examinait le budget de la ferme, elle lui a posé cette question : « Combien m’en coûterait-il de remplacer la grange? » Edgar lui a répondu : « Pourquoi voulez-vous savoir ça? » Alors, Sharon lui a expliqué qu’elle tentait de réduire les frais d’exploitation de la ferme et qu’elle vérifiait la couverture d’assurance. Pour cela, il lui fallait indiquer le coût de la grange au cas où elle serait détruite par le feu. Edgard lui a dit que ce n’était pas nécessaire qu’elle indique un coût de remplacement, parce que dans un tel cas, les voisins et les membres de la communauté donneraient bénévolement leur temps ainsi que des matériaux de récupération et se rassembleraient pour reconstruire gratuitement la grange. Puis après quelques secondes d’hésitation, il a ajouté : « Il vous suffit d’inscrire un montant de 2 000 $ pour l’achat de nouveaux bardeaux. »

Je suis sûr que pour plusieurs d’entre vous, l’histoire d’Edgar a quelque chose de familier.

En unissant vos efforts pour construire des maisons en Saskatchewan, vous donnez de l’espoir à des gens que la vie n’a pas épargnés. Ils peuvent maintenant avoir l’espoir d’un avenir plus brillant, d’un avenir de tous les possibles.

J’ai souvent parlé d’édifier un pays averti et bienveillant et des moyens par lesquels nous pourrions y arriver. L’une des façons d’y arriver, selon moi, est d’encourager le bénévolat.

Le Canada bénéficie d’un secteur bénévole parmi les plus solides au monde; en fait, la Saskatchewan a le taux de participation des citoyens le plus élevé de toutes les provinces et territoires.

Nous pouvons tous en tirer une grande fierté, ce qui ne veut pas dire que l’on doive s’arrêter là. Alors, comment pourrions-nous intéresser encore plus de gens de la communauté à participer? Comment pourrions-nous travailler d’une manière plus ingénieuse, plus efficace et plus productive?

Je sais qu’Habitat pour l’humanité tente activement de recruter un plus grand nombre de bénévoles. Le récent projet de maison parrainée par Cameco et construite par les Bâtisseuses est un merveilleux exemple d’une innovation pouvant nous aider à atteindre nos buts. En aidant les femmes à travailler sur les chantiers, nous nous assurons que les futurs projets de construction attireront des bénévoles enthousiastes et sûres d’elles.

Je suis impatient de voir comment vous réussirez à attirer encore davantage l’attention à une cause dont les résultats sont si concrets et si importants.

L’an prochain, vous érigerez la 50e maison d’Habitat pour l’humanité à Saskatoon, une date importante qu’il vaudra la peine de célébrer, non seulement pour l’organisation, mais également pour la collectivité.

M. Schreyer a écrit un jour que la véritable mesure de notre caractère en tant que nation repose sur notre façon de traiter les moins fortunés d’entre nous.

Il n’y a aucun doute sur la bienveillance qui marque notre caractère, grâce aux efforts que vous faites, vous tous ici présents et tous les bénévoles de la province.

À chacune et chacun de vous, je souhaite de poursuivre avec succès le travail que vous faites pour les gens de Saskatoon.

Merci.