Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Remise du Prix du premier ministre pour l’excellence dans la fonction publique

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Regina, le lundi 12 septembre 2011

 

Permettez-moi tout d’abord de vous dire que je suis très heureux d’être ici ce soir pour cette célébration de l’excellence dans la fonction publique.

Ayant toujours éprouvé un profond respect pour les fonctionnaires de ce pays, je profite de l’occasion pour vous faire part de mon admiration. Je crois que la fonction publique de la Saskatchewan incarne à merveille la devise de cette province — Multis e gentibus vires, « Le nombre fait la force. »

Ces prix soulignent les grandes réalisations accomplies pour le compte de la population de la Saskatchewan, et j’aimerais m’attarder un peu sur ce que cela implique. Examinons tout d’abord les critères d’admissibilité à ces prix : la qualité du service, l’innovation et le leadership.

Ces critères nous en disent long sur ce qu’il faut pour servir l’intérêt public de nos jours, et je suis frappé de voir à quel point ils reposent sur l’esprit de créativité et d’initiative.

Bien sûr, il y a parfois des obstacles à l’expression de la créativité et de l’initiative dans le milieu de travail, et c’est justement dans ces circonstances que l’étincelle de votre esprit d’innovation et la force de votre leadership sont d’un grand apport.

Chacun et chacune de vous a eu une idée et le courage d’y donner suite. Cela me rappelle Marshall McLuhan, qui a dit un jour à propos d’une de ses visions sur l’avenir des communications : « Je ne l’aurais pas vu si je n’y avais cru. »

Vous, vous étiez convaincu qu’il y avait une meilleure façon de servir le public, et vous l’avez vue.

Aller de l’avant comporte toujours des risques. C’est la raison pour laquelle je suis encouragé par cette reconnaissance au sein de la fonction publique de la nécessité de prendre des risques calculés. Dans son discours lors de la Conférence Manion 2010, Thomas-Homer Dixon a comparé les bons leaders à des « jardiniers » qui établissent les conditions favorables à la créativité et à la croissance. Comme tout jardinier pourra vous le dire, certaines expériences ne réussiront pas aussi bien que d’autres.

Cette analogie me rappelle un autre auteur,  Hugh Maclennan, qui comparait les civilisations à des jardins. Ce passage de son livre intitulé Voices in Time vaut la peine d’être cité au complet :  

« Dans les relativement rares périodes du passé que nous qualifions de civilisées, les gens comprenaient qu’une civilisation est comme un jardin que l’on cultive dans la jungle. À l’instar des fleurs et des légumes qui poussent à partir de graines cultivées, les civilisations s’épanouissent grâce à des idées et des perceptions soigneusement étudiés et adéquatement examinées. Dans la nature, en l’absence d’un jardinier, les mauvaises herbes envahissent le jardin et le détruisent, car elles n’ont pas besoin d’être cultivées. » (traduction libre)

Il va sans dire que la signification de la culture prend tout son sens en Saskatchewan, et c’est peut-être ce qui explique votre succès. Il est de la plus grande importance que nous ayons de tels leaders et que nous appuyons leurs efforts.

L’élément clé est la confiance qu’une personne ou une organisation inspire. C’est le fondement du contrat social qui nous permet de devenir une nation d’innovateurs. Alors comment pouvons-nous instaurer cette confiance au sein de la fonction publique, c’est-à-dire au sein des divers niveaux de gouvernement et entre eux, et dans la société canadienne en général? Quels sont les mécanismes grâce auxquels nous pouvons inspirer confiance et unir les gens des secteurs public, privé et non gouvernemental pour trouver une cause commune?

En fin de compte, c’est notre devoir de fonctionnaires, un devoir que je suis extrêmement fier de partager. Vous aussi avez toutes les raisons d’être fiers de ce que vous avez accompli pour les gens de la Saskatchewan.

Au nom de tous les Canadiens, je vous remercie et vous félicite pour votre travail exceptionnel. Vos efforts sont requis pour bâtir un Canada toujours plus averti et bienveillant.

Merci.