Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Hommage rendu aux donateurs de la SickKids Foundation

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Toronto, le mardi 24 mai 2011

 

Bonsoir et merci de nous avoir invités, mon épouse Sharon et moi, à cet événement. Cette soirée offre non seulement l’occasion pour la fondation d’exprimer son appréciation aux donateurs qui, par leur générosité, ont amélioré les choses, mais également l’occasion d’affirmer l’importance du don.

Au cours de la journée, nous avons pu rencontrer de jeunes patients qui sont traités à l’Hôpital pour enfants, et j’ai été ravi de pouvoir leur lire une histoire, car après tout, ce n’est pas pour rien que mes petits‑enfants m’ont surnommé « Grampa Book » (grand-papa livre).

De voir leurs visages s’éclairer malgré ce qu’ils ont souffert me rappelle toute l’importance de ce que nous faisons. En tant que père et grand-père, je sais trop bien qu’il n’y a rien de plus terrifiant que d’amener son enfant à l’hôpital. Mais cette peur est atténuée par le soulagement de savoir qu’il y a un endroit où son enfant pourra être soigné, un endroit où des professionnels consciencieux feront l’impossible pour aider.

Depuis que je suis gouverneur général, j’entends des histoires merveilleuses sur des enfants qui ont fait preuve d’un grand courage et d’un grand optimisme, des enfants qui ont surmonté d’incroyables défis. J’ai malheureusement aussi entendu des histoires tragiques de parents, d’infirmières et de médecins qui pleurent la perte d’enfants.

Mais de toutes ces histoires naît une lueur d’espoir. L’espoir d’un lendemain meilleur. L’espoir de la découverte de nouveaux traitements. L’espoir d’un Canada qui continuera d’être la nation avertie et bienveillante qu’elle est. L’espoir de la poursuite des efforts visant à encourager le bénévolat et la philanthropie et ce, non seulement pour nous‑mêmes, mais également pour le bien de nos enfants.

Ces enfants que j’ai rencontrés et qui, malgré leurs épreuves, ne cessent d’imaginer, d’espérer et de profiter de leur enfance, témoignent, selon moi, de l’importance de nos dons.

En 2017, notre pays célébrera le 150e anniversaire de la Confédération, une occasion que célébreront les Canadiens d’un bout à l’autre du pays. En vue de cette date historique, je voudrais que nous réfléchissions ensemble aux questions suivantes : à quoi voulons-nous que notre pays ressemble en 2017? Comment pouvons-nous continuer de soutenir d’importantes institutions telles que SickKids? Que pouvons-nous faire pour que les enfants et leurs parents, quelle que soit leur situation, se sentent protégés et bénéficient des soins et du réconfort dont ils ont besoin?

J’ai réfléchi sur ces questions et, en qualité de gouverneur général, j’ai évoqué trois piliers qui pourraient nous aider à atteindre nos buts. Il s’agit de soutenir les familles et les enfants, de renforcer l’apprentissage et de l’innovation et, bien sûr, d’encourager le bénévolat et la philanthropie.

SickKids est un lieu unique, où convergent ces trois piliers. Ici, les médecins, les infirmières et le personnel comprennent mieux que quiconque comment prodiguer des soins aux enfants et à quel point il est important d’apporter le réconfort nécessaire aux familles durant ces moments difficiles.

Les générations futures jugeront nos actions, alors il vaudrait mieux que nous soyons jugés  d’après la compassion dont nous aurons fait preuve et l’appui que nous aurons fourni à nos futurs chefs de file, entrepreneurs et donateurs qui orienteront la destinée de ce pays bien après notre 150e anniversaire.

J’ai également eu le privilège, aujourd’hui, de visiter le nouvel édifice consacré à la recherche et à l’apprentissage, qui fait partie de l’Hôpital pour enfants. Cet ajout augmentera la capacité de l’hôpital de guérir les maladies, de mener les travaux de recherche nécessaires en médecine préventive dont dépend la santé de nos enfants, et de former une nouvelle génération de professionnels de la médecine.

Les travaux innovateurs et inventifs qui y ont cours feront en sorte que les nouvelles idées deviennent la norme. Quand je pense à la façon dont la médecine était pratiquée lorsque j’étais nouvellement père de famille, ou même quand j’étais enfant, force est de constater qu’elle a considérablement évolué. Grâce aux nouvelles technologies et techniques, des problèmes médicaux pour lesquels il n’y avait pas de cure sont maintenant facilement traités. Voilà les avantages de l’apprentissage et de l’innovation et ici, à l’Hôpital pour enfants, les progrès continueront de sauver des vies, de changer des vies.

Les donateurs ici présents ont déjà démontré l’importance du don. Il n’y a qu’à voir cet hôpital et ses jeunes patients pour constater, sans l’ombre d’un doute, que votre générosité a rendu cela possible et a fait une différence.

Il existe divers types de héros — les enfants, ici, en ont plusieurs, aussi bien réels que virtuels — mais les véritables héros sont ces Canadiens ordinaires qui font des choses extraordinaires.

Avec le bénévolat et la philanthropie, et notre engagement à l’égard de l’apprentissage, de l’innovation, des familles et des enfants, nous devrions être en mesure, lorsque le Canada fêtera son 150e anniversaire, de dire que nous avons donné ce que nous avons pu, que nous avons participé à part entière à notre société, que nous avons appris et découvert de nouvelles choses extraordinaires, que nous avons donné à nos enfants un brillant avenir, et que nous avons réalisé notre objectif d’une nation encore plus avertie et plus bienveillante.

Ce soir, nous célébrons le pouvoir du don et profitons de l’occasion pour réfléchir sur la signification profonde de l’acte de donner.

Je vous remercie pour tout ce que vous faites.