Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Présentation de lettres de créance (République d’Albanie, République de Saint-Marin, République démocratique populaire lao, République de Chypre, République kirghize, République de Gambie)

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Rideau Hall, le mercredi 18 mai 2011

 

Bienvenue à Rideau Hall.

L’histoire de la diplomatie est une chose fascinante. Depuis la nuit des temps, les rois ont envoyé des émissaires auprès d’autres gouvernants pour obtenir leur faveur, pour avoir leurs sages conseils, pour recevoir leur protection ou pour établir la paix.

Ces émissaires apportaient des cadeaux en témoignage de l’abondance, de la richesse et de la puissance dont jouissait leur pays. Imaginez le va-et-vient de longues caravanes qui allaient de royaume en royaume. Des caravanes chargées d’or et de bijoux, de soie et d’épices, de ressources et de bétail, d’œuvres d’art et de littérature. Des caravanes pleines de trésors inestimables qui allaient cultiver les relations entre les grands empires du monde d’autrefois.

Chose certaine, tout au long de l’histoire, la diplomatie a évolué. Mais au fond, elle est essentiellement demeurée la même. On s’en est toujours servi et on continuera de s’en servir pour bâtir des liens, et pour utiliser ces liens afin de remplacer les litiges par la compréhension mutuelle, les différends par le dialogue libre, les conflits par la stabilité, la guerre par la paix.

C’est dans l’Arthashâstra, un ouvrage ancien sur la diplomatie écrit en Inde 300 ans avant notre ère, que l’on trouve le proverbe qui nous dit que la sagesse pour un roi, c’est de bâtir des alliances pour que son royaume soit prospère.

Le très honorable Lester B. Pearson, 14e premier ministre du Canada, est célèbre pour sa contribution sur la scène internationale dans les années 1950 et 1960. Il disait que pour tout homme, il n’y a pas de but plus important que de consacrer ses activités et ses intérêts à promouvoir la fraternité entre les nations.

Cette affirmation se reflète véritablement dans le travail que vous accomplissez au nom de votre pays. Votre travail favorise l’amitié et la bonne entente. Il fait en sorte que les institutions que s’est données notre monde continuent d’aller dans le sens du noble objectif pour lequel elles ont été créées. Il accumule une succession de petits pas qu’il transforme en une action ambitieuse sur la scène internationale. Il engendre et préserve la paix, la sécurité et la prospérité pour l’humanité entière dans tous les coins du globe.

Et il poursuit les riches traditions dont s’enorgueillit la diplomatie depuis des centaines et des milliers d’années. Je suis donc sincèrement honoré de recevoir aujourd’hui vos lettres de créance — un usage qui  remonte à l’époque où les ambassadeurs ont commencé à présenter leurs lettres de créance aux chefs d’État des villes du Nord de l’Italie il y a plus de 700 ans.

Madame l’ambassadrice Petoshati, je suis sûr que votre carrière dans le secteur public et dans le monde universitaire vous seront fort utiles au moment d’assumer vos nouvelles responsabilités au Canada. Je suis particulièrement intéressé par votre séjour à l’Université de Tirana, et j’aimerais en savoir davantage sur vos travaux dans les domaines de la littérature, de la linguistique, de la culture et de l’histoire.

Le Canada est fier de compter la République d’Albanie parmi ses alliés et ses partenaires précieux au sein de l’OTAN et des forces internationales de sécurité en Afghanistan. Nous serons heureux de renforcer les liens qui nous unissent sur le plan politique et commercial grâce à des contacts politiques accrus et à de nouvelles possibilités d’investissements pour nos entreprises.

Monsieur l’ambassadeur Beleffi, vous et moi avons tous deux des antécédents universitaires en science politique. Je suis intéressé par la façon dont votre cheminement à l’Université de Gênes aura influencé votre travail dans le secteur public. Je crois savoir que vous avez une fille qui est très jeune. Ayant moi-même la fierté d’être père de cinq filles, je vous assure que rien ne vaut la joie de voir sa petite fille grandir et devenir une jeune femme.

Même si nos deux pays sont très différents sur le plan de la géographie et de l’histoire, le Canada et la République de Saint-Marin partagent le même engagement vis-à-vis des droits et des libertés démocratiques. Nous savons que les valeurs que nous avons en commun ont fait que notre relation chaleureuse et amicale a su se développer. Vous habiterez à New York, mais j’ai bon espoir que vous viendrez souvent au Canada pour y apprécier la diversité et la beauté de notre vaste pays.

Monsieur l’ambassadeur Seng, je vous félicite pour vos 30 années de service dans le secteur public. J’espère en apprendre davantage sur les expériences que vous avez vécues et sur les leçons que vous en avez certainement tirées au cours de votre remarquable carrière.

Le Canada et la République démocratique populaire lao ont une bonne relation de partenariat au sein d’organisations multilatérales comme la Francophonie. Nous savons que ce partenariat est enrichi par nos relations de personne à personne et par les diverses initiatives d’aide au développement que le Canada a mises de l’avant au Laos au fil des ans. Nous espérons échanger davantage avec le Laos sur des questions rattachées à la gouvernance et aux droits de la personne. Nous croyons qu’il sera essentiel de réaliser des progrès à ce chapitre au moment où vous vous efforcez de rehausser le développement économique et d’accroître les investissements étrangers dans votre pays.

Monsieur le haut-commissaire Anastasiades, je vous rends hommage, à vous aussi, pour vos nombreuses années de service dans le secteur public. On me dit que vous avez fait vous aussi une carrière universitaire : je serais heureux d’en savoir davantage sur les recherches que vous avez entreprises à l’Université d’Oxford. J’espère que vous viendrez souvent au Canada, surtout à cette époque-ci, alors que la floraison des tulipes à Ottawa se compare à celle des célèbres cerisiers de Washington.

Le Canada et la République de Chypre sont de fidèles alliés et de bons amis depuis plusieurs années. Nous vous sommes reconnaissants pour l’aide précieuse que vous nous avez apportée quand des citoyens canadiens ont dû être évacués du Liban en 2006 et d’Afrique du Nord il y a à peine quelques mois. Nous sommes vivement désireux d’élargir nos relations commerciales, et nous savons que la nouvelle association d’affaires Chypre-Canada jouera un rôle de premier plan en ce sens.

Monsieur l’ambassadeur Djumaliev, je sais que votre expérience à l’échelle politique et bureaucratique vous sera d’une grande utilité durant votre mandat à titre d’ambassadeur au Canada. Vous et moi avons des antécédents dans le domaine du droit et, surtout, nous avons tous les deux cinq enfants. Vous conviendrez avec moi, j’en suis sûr, que rien n’est plus valorisant ni plus exigeant que d’être père. Quand on a cinq enfants, il n’y a pas de doute que l’on apprend à résoudre rapidement et efficacement les différends, et à le faire avec diplomatie!

Le Canada et la République kirghize entretiennent de bonnes relations. Nous nous réjouissons des efforts que votre gouvernement déploie afin de renforcer vos institutions démocratiques et de promouvoir les droits de la personne et le pluralisme politique. Nous avons été particulièrement encouragés de voir les élections parlementaires qui se sont déroulées de façon pacifique en octobre dernier, et nous attendons la tenue prochaine de vos élections présidentielles : ce sont là deux étapes cruciales du cheminement vers la réforme démocratique dans votre pays.

Monsieur le haut-commissaire Ngum, le travail que vous avez accompli à divers endroits au sein du gouvernement de la République de Gambie vous sera d’une valeur inestimable dans vos nouvelles fonctions. Je suis particulièrement intéressé par les réformes que vous avez lancées en matière de gestion financière dans le cadre du système comptable de votre gouvernement. Puisque vous habiterez vous aussi à Washington, je vous invite à venir souvent au Canada avec votre famille, pour y profiter des nombreux attraits qu’offre notre pays.

Le Canada et la République de Gambie on en commun un riche patrimoine en tant que membres du Commonwealth. Nous sommes conscients des mesures que votre pays a prises afin d’accroître son développement économique, et nous vous encourageons dans la poursuite de cette importante tâche. Nous sommes heureux qu’une entreprise canadienne effectue des travaux d’exploration pétrolière au large de vos côtes, et nous avons hâte d’en connaître les résultats. Comme vous le savez, la protection des droits de la personne et la liberté de la presse ont une grande importance aux yeux du Canada, tant dans notre pays qu’à l’étranger. Nous espérons échanger avec vous à ce sujet, et nous serons certainement intéressés à entendre votre point de vue.

Une fois de plus, au nom de tous les Canadiens et les Canadiennes, j’ai le grand plaisir de vous souhaiter à tous la bienvenue au Canada. Mon épouse, Sharon, et moi avons hâte de faire plus ample connaissance avec chacun de vous.

Je vous remercie.