Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Présentation de lettres de créance (Myanmar, Croatie, Mozambique, Namibie)

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Rideau Hall, Tuesday, April 19, 2011

 

Bienvenue à Rideau Hall.

En tant que gouverneur général du Canada, l’un de mes principaux objectifs est de susciter chez les Canadiens et les Canadiennes un engagement plus profond, plus riche et plus dévoué au service de leurs concitoyens. Le genre de service qui amène chacun de nous à nous acquitter de notre devoir de faire honneur à ce qui est bon et à ce qui est juste dans notre pays et dans le monde. Le genre de service qui, j’en suis sûr, vous a inspirés tout au long de votre carrière.

La mission de servir le public peut être extraordinairement valorisante. Mais elle peut aussi être décourageante. Parfois, les défis peuvent nous paraître trop considérables, trop insurmontables, trop complexes, trop lourds pour nos capacités.

C’est pourquoi la diplomatie importe tellement. C’est pourquoi elle est si essentielle de nos jours, alors que nous faisons face ensemble aux défis de notre monde.

La diplomatie est quelque chose qui nous rassemble. Elle nous incite à surmonter nos divergences en partageant nos expériences, à dialoguer les uns avec les autres afin d’aller vers l’avant, à travailler côte-à-côte pour que les conflits puissent faire place à la paix.

Nous savons tous que la diplomatie nécessite du temps. Elle oblige des gens de partout dans le monde à tisser des liens les uns avec les autres, à s’employer chaque jour à apporter une petite contribution, à faire en sorte que toutes ces contributions finissent par soutenir des réalisations ambitieuses sur la scène internationale.

Un philosophe et auteur britannique renommé, C.S. Lewis, a dit que ce qui sauve l’être humain, c’est de faire un pas, puis d’en faire un autre. Il avait raison. Une action multilatérale efficace est le fruit de petits pas franchis les uns après les autres. Pour paraphraser ses propos dans le contexte de la diplomatie, ce qui sauve le monde, c’est un diplomate qui fait un pas, puis un autre, puis un autre encore vers un objectif de portée internationale.

Je vous remercie pour ces pas que vous avez faits et que vous continuerez de faire pendant votre séjour au Canada. Je sais que vous allez continuer de servir votre pays, et de servir le monde, avec honneur et distinction.

Monsieur l’ambassadeur Kyaw Tin, je vous félicite pour les trente ans et plus que vous avez consacrés au service du public. J’espère en apprendre davantage sur votre expérience et sur ce que vous avez sûrement appris au cours de votre carrière. Je sais que dans le passé, vous avez déjà été affecté une fois à Ottawa, et j’ai confiance que vous vous y sentirez de nouveau chez vous.

Le Canada espère que l’accréditation mutuelle de nos ambassadeurs nous fournira de nouvelles occasions de dialoguer sur nos intérêts et nos préoccupations clés. Au cours de votre mandat, le Canada sera heureux d’échanger avec vous sur les importants enjeux que sont les droits de la personne, le développement démocratique et la primauté du droit. Ces enjeux sont d’une importance fondamentale pour le Canada, autant ici au pays qu’à l’étranger.

Monsieur l’ambassadeur Grubišić, je suis certain que l’expérience que vous avez acquise dans les secteurs privé et public sera un atout pour vous au cours de votre mandat au Canada. Je suis particulièrement intéressé par le travail que vous avez accompli en tant qu’ingénieur chimiste. Mon séjour à l’Université de Waterloo — institution reconnue pour son excellence dans les sciences du génie — m’a inculqué un profond respect pour la contribution qu’apportent les ingénieurs partout dans le monde.

Le Canada et la Croatie ont d’excellentes relations. Nous apprécions ce que la Croatie continue d’apporter au sein de l’OTAN, et nous serons heureux de voir votre pays se joindre à l’Union européenne. Chez nous, nous attachons beaucoup de valeur à l’enrichissement que l’importante communauté d’origine croate apporte à notre société, à notre culture et à notre économie. Nous serons heureux de resserrer nos liens encore davantage et d’œuvrer avec vous sur le plan de l’économie, de la sécurité et des droits de la personne.

Madame le haut-commissaire Sumbana, je vous rends également hommage pour vos nombreuses années de service dans le domaine public. J’aimerais en savoir plus sur votre travail au ministère de l’Éducation et de la Culture du Mozambique. Ayant moi-même été étudiant et éducateur pendant toute ma vie, pour moi, rien n’est plus noble que la tâche d’enseigner à notre jeunesse.

Le Mozambique est un ami et un allié du Canada. Nous demeurons résolus à collaborer avec vous afin d’améliorer la condition économique et sociale du peuple mozambicain. Nous apprécions la contribution que vous avez apportée au maintien de la paix en Afrique. Le Canada continuera de travailler en partenariat avec vous pour promouvoir la paix et la stabilité partout sur le continent africain.

Monsieur le haut-commissaire Andjaba, vous avez eu vous aussi une longue carrière dans le secteur public. Je suis assuré que votre travail aux Nations Unies vous aura donné une riche perspective sur la façon dont les pays peuvent œuvrer ensemble pour faire progresser les enjeux multilatéraux de notre monde contemporain. J’espère de tout cœur que vous aurez la chance de rendre visite au consulat de Namibie à Waterloo. Vous verrez alors une ville magnifique qui affiche fièrement le vaste patrimoine de cette région du sud-est de l’Ontario.

Le Canada sera heureux de renforcer les bonnes relations qu’il entretient présentement avec la Namibie. Nous savons que les nombreux partenariats qui existent entre des entreprises namibiennes et canadiennes sont profitables pour nos deux pays. Nous espérons raffermir nos liens commerciaux, et nous croyons que l’entente fiscale qui a été conclue récemment constitue un pas concret dans la bonne direction. Comme je le disais à la haut-commissaire Sumbana, le Canada apprécie la contribution apportée par la Namibie au maintien de la paix en Afrique. Sur ce plan, nous sommes et nous resterons à vos côtés.

Une fois de plus, au nom de tous les Canadiens et les Canadiennes, j’ai le grand plaisir de vous souhaiter à tous la bienvenue au Canada. Mon épouse, Sharon, et moi avons hâte de faire plus ample connaissance avec chacun de vous.

Je vous remercie.