Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: 50e anniversaire de l’École nationale de théâtre

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Rideau Hall, le mercredi 6 avril 2011

 

Mon épouse Sharon et moi avons le privilège de vous recevoir à Rideau Hall, aujourd’hui, pour célébrer le parcours remarquable d’un demi-siècle de l’École nationale de théâtre du Canada.

Je tiens à souligner de prime abord à quel point il est opportun que notre rassemblement ait lieu dans la Salle de bal, en cette occasion. En effet, au début des années 1870, lord et lady Dufferin ont lancé une tradition théâtrale à Rideau Hall, lorsqu’ils ont commencé à offrir  des pièces de théâtre dans cette salle, dans lesquelles ils jouaient même parfois les rôles principaux.

J’ai été ravi d’apprendre que nous aurons droit, ce soir, à plusieurs prestations montées par des étudiants, une bonne excuse pour m’en tenir à ce discours et ne pas me donner en spectacle!

Nous sommes ici, ce soir, pour mettre en valeur les nombreuses personnes créatives et dévouées qui ont fait de l’École nationale du théâtre du Canada l’une des grandes institutions culturelles de notre pays.

J’aimerais avant tout reconnaître le travail de celles et de ceux qui ont œuvré avec tant d’acharnement pour établir cette école, en 1960, et qui l’ont aidée à prendre son envol au cours des premières années. La vitalité du théâtre canadien et sa présence sur la scène mondiale aujourd’hui sont en grande partie attribuables aux efforts de ces pionniers.

Toute réalisation d’envergure commence par un petit projet. La comédienne Sandra Oh a avoué, pour sa part, que la formation qu’elle avait reçue à l’École nationale du théâtre avait été tout simplement « le début de tout ».

Des centaines de comédiens, de dramaturges, de metteurs en scène, de réalisateurs, de décorateurs, de producteurs et de régisseurs au Canada pourraient sans aucun doute en dire autant.

Depuis 50 ans, l’École nationale du théâtre maintient son engagement à l’égard de l’excellence, de la diversité et de la liberté créatrice, tout en demeurant ouverte au changement. Ses diplômés se sont taillé des carrières très réussies dans les arts du spectacle et les arts visuels, nous divertissant, nous inspirant, nous enrichissant et reflétant nos vies en tant que Canadiens et citoyens du monde.

De tant de manières, cette école est un modèle pour toutes les autres, voire pour l’ensemble de notre société.

Si vous le permettez, je vais parler essentiellement d’un des nombreux aspects de votre succès.

Par sa nature, le théâtre est une forme artistique de collaboration, et l’École nationale de théâtre du Canada est l’une des rares, dans le monde, qui combine toutes les disciplines théâtrales dans un même lieu d’apprentissage. Des jeunes qui rêvent de faire du spectacle ou du théâtre viennent de partout au Canada pour étudier dans cette école, aux côtés des meilleurs professeurs, mentors et gens du métier de notre pays.

Votre créativité s’enrichit de ce mélange de vécus, de langues et de perspectives. Sous votre toit, l’échange de points de vue est encouragé, et la diversité est considérée comme essentielle au succès.

Et quand je parle de créativité, je sais que celle-ci nécessite parfois que l’on ait l’aide de quelqu’un d’autre.

Cela dit, lorsque le Rideau se lève, ce que vous nous offrez nous rappelle surtout que nous avons tellement en commun en tant qu’êtres humains, aussi bien aujourd’hui que de tous les temps.

J’estime que l’art est une forme de savoir et que les arts du théâtre jouent un rôle particulier en nous apportant une compréhension plus profonde de nous-mêmes et de ce qui nous entoure. Le théâtre fait partie intégrante de la vie depuis des milliers d’années, et votre rôle est de renouveler l’histoire, de décrire, d’inspirer et de provoquer la réflexion en ce 21e siècle.

Je suis fier de marcher dans les traces de mes prédécesseurs en tant que président d’honneur de cette organisation et en tant que promoteur des arts du théâtre au Canada.

J’aimerais en profiter pour vous inviter à faire part de vos idées, alors que nous nous acheminons vers une autre date marquante. En 2017, le Canada célébrera son 150e anniversaire et, depuis mon installation comme gouverneur général, j’invite les Canadiens à se joindre à moi pour imaginer ce que pourrait être notre pays. Et qui mieux que nos artistes et nos conteurs peuvent nous y aider?

Votre créativité et votre passion sont essentiels à l’édification de la nation avertie et bienveillante à laquelle nous aspirons.

Je veux remercier pour leur talent et leur dévouement les nombreux étudiants et professeurs de l’École nationale de théâtre ainsi que ceux qui les appuient depuis un demi-siècle. Veuillez accepter les sincères félicitations que je vous adresse au nom de tous les Canadiens pour ce merveilleux parcours de 50 ans.

Bravo à tous et mes meilleurs souhaits de succès pour l’avenir!