Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Remise des Prix du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Rideau Hall, le lundi 14 février 2011

 

J’aimerais commencer en citant Joseph Howe, cet éminent Canadien. Voici ce qu’il a dit :

« Le triangle est une figure simple et, pourtant, ses propriétés nous permettent de traverser les océans et de mesurer les planètes. »

On pourrait penser également au levier d’Archimède, qui a fait bouger les choses dans le monde.

Je crois que chacun de vous ici présents, en  cette occasion très spéciale, comprennent bien ces paroles. Grâce aux outils de la science et du génie et à votre volonté de mieux comprendre la nature, vous avez repoussé les frontières du savoir et de l’innovation.

Les Prix du CRSNG reconnaissent le travail que vous accomplissez, vous qui êtes parmi les plus grands scientifiques et ingénieurs du Canada. Je suis frappé par la valeur et l’ampleur de vos réalisations qui sont d’une importance incontestable pour notre prospérité collective. Vous êtes des chefs de file, sur la scène mondiale, dans un large éventail de disciplines.  

Chacune et chacun de vous s’inscrit dans la fière tradition canadienne d’innovation et de découverte. Notre pays a longtemps été à l’avant-plan des progrès technologiques, en partie à cause de l’étendue de notre vaste territoire. Pensons à la construction du chemin de fer à la fin des années 1800, ou à l’introduction de nouveaux modes de communication au 20e siècle. Ces innovations ont aidé à unir le Canada.

N’oublions pas non plus les découvertes de Samuel de Champlain, il y a 400 ans, lui qui fut le premier gouverneur de ce que nous appelons aujourd’hui le Canada.

Champlain rêvait d’édifier une société fondée sur la paix, la tolérance et l’innovation. Il était un chercheur diligent et un observateur attentif, et il savait qu’un esprit ouvert et éclairé est un sûr garant d’une exploration réussie.

Il y a clairement des parallèles avec votre travail. Comme Champlain, vous savez que l’innovation mène à la découverte. Dans son cas, l’instrument innovateur était l’astrolabe; dans votre cas, c’est l’algorithme, l’observatoire, le  spectromètre et le photon. 

Au fond, innover, c’est concevoir de nouvelles idées qui permettent de mieux faire les choses. Innover, c’est voir les choses sous un angle différent et imaginer ce qui pourrait être.

En 2017, le Canada célébrera son 150e anniversaire et, selon moi, l’apprentissage et l’innovation doivent être au cœur de notre vision d’avenir. La nation avertie et bienveillante que nous désirons se mesurera à la façon de cultiver le talent de ses citoyens et d’utiliser leurs connaissances pour améliorer la qualité de vie du genre humain.

Une nation avertie et bienveillante reconnaît l’importance de la collaboration interdisciplinaire. Nous ne vivons plus dans un monde linéaire, où les connaissances étaient générées et maintenues en silos.

Aujourd’hui, l’enrichissement mutuel est devenu un impératif. Je tiens d’ailleurs à féliciter le CRSNG pour son leadership en matière de création de partenariats entre institutions postsecondaires, gouvernements et secteur privé.

Ayant été président d’université pendant 26 merveilleuses années, j’ai été tant de fois témoin des résultats d’une telle collaboration. Le milieu universitaire est un superbe incubateur d’idées, de talents et d’innovation, et votre appui est essentiel à la conduite de recherches de calibre international.

Dans un monde planétaire, le leadership repose sur la force de nos idées et sur la rapidité avec laquelle nous innovons. Tout comme nous devons travailler en collaboration avec d’autres spécialités, il nous faut aussi multiplier les échanges à l’échelle internationale.

Pour paraphraser F.R. Scott, nous devons être des citoyens du monde qui vivent dans l’univers de l’esprit.

Les nouvelles connaissances qui ont résulté de vos recherches peuvent profiter au monde entier, souvent de manières surprenantes. Les progrès réalisés dans un domaine peuvent en enrichir un autre. Ainsi, les progrès que nous avons faits en génomique auraient été inimaginables sans le développement de technologies de l’information qui permettent de sauvegarder et de traiter d’énormes quantités de données.

La diversité de la recherche que nous célébrons ici aujourd’hui est certes des plus encourageantes.

Au nom de tous les Canadiens, je tiens à ce que vous sachiez que j’apprécie votre dur labeur et que j’ai confiance en l’avenir du savoir. Vous êtes habités par la soif de savoir, cette noble impulsion humaine.

En ayant répondu à l’appel du devoir, vous donnez l’exemple de ce à quoi ressemble une société avertie et bienveillante au 21e siècle.

Merci.