Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Remise de la Médaille Pearson pour la paix de 2010

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Rideau Hall, le vendredi 21 janvier 2011

 

C’est avec plaisir que je vous souhaite la bienvenue à Rideau Hall pour la 26e cérémonie de remise de la Médaille Pearson pour la paix, créée par l’Association canadienne pour les Nations Unies. 

L’un de mes prédécesseurs, Edward Schreyer, a remis cette prestigieuse médaille pour la première fois à un citoyen canadien méritant, il y a une trentaine d’années. Il convient de souligner que M. Ernie Regehr, auquel nous rendons hommage aujourd’hui, œuvre, depuis ce nombre d’années et même plus, en faveur de la paix.  

Pour reprendre les propos d’une des personnes qui a proposé sa candidature, « Il est temps d’honorer un homme qui a épousé une cause, celle de la paix, et en a fait l’œuvre de toute une vie, accomplissant beaucoup plus que ce quiconque aurait imaginé possible il y a 25 ans. »

Aujourd’hui, nous reconnaissons une vie consacrée à la promotion de la paix, du désarmement et du dialogue. M. Regehr, vous êtes un digne héritier de Lester Pearson et des remarquables Canadiens qui ont déjà reçu cette médaille.

Le fait que cette médaille soit décernée jusqu’à maintenant nous rappelle que la paix n’est jamais acquise une fois pour toute. Nous savons que, chaque jour, la sécurité humaine et la stabilité sont obtenues et renouvelées ou s’effritent. Par vos propres efforts soutenus et dévoués pour l’édification de la paix, vous incarnez cette réalité. Jour après jour, vous faites appel au dialogue, à la coopération et à la compréhension.

Les résultats ont donné lieu à de grandes transformations.

Depuis la création, il y a une trentaine d’années, durant la guerre froide, de Project Ploughshares, un organisme dont vous êtes le cofondateur, vous avez aidé à faire reconnaître la nécessité d’un gel de l’armement nucléaire, une idée tout à fait marginale à l’époque.

Vous avez également lutté en faveur de l’établissement de contrôles et de règlements plus rigoureux pour le commerce des armes légères, un négoce qui alimente aujourd’hui tant de conflits internes.

Véritable citoyen diplomate, vous avez représenté le Canada à l’étranger, avez travaillé pour la paix en Afrique et en avez appelé à une  résolution pacifique du conflit actuel en Afghanistan.  

L’intérêt que vous portez à la sécurité mondiale dépasse même la dimension terrestre, puisque vous cherchez à assurer une exploitation pacifique de l’espace.

Ceux qui consacrent leur vie à l’établissement de la sécurité à l’échelle de la planète savent qu’il ne peut y avoir de paix sans que règnent la justice et la liberté. Vous en êtes vous-même l’exemple, préférant la coopération plutôt que la confrontation face à des problèmes difficiles.

Depuis mon installation comme gouverneur général, j’invite les Canadiens à se joindre à moi pour imaginer notre pays tel qu’il pourrait être. Nous cherchons à bâtir une nation avertie et bienveillante, qui accroît et applique les connaissances de ses citoyens afin d’améliorer la qualité de vie de tous, aussi bien ici qu’à l’étranger.

En insistant sur l’importance d’assumer notre responsabilité collective de travailler à l’instauration de la paix et de la sécurité dans le monde, vous avez répondu à l’appel du devoir.

Vous incarnez les qualités d’une nation avertie et bienveillante. Vous êtes un chef de file de la société civile canadienne ainsi qu’un mentor et une source d’inspiration pour de nombreux jeunes qui veulent un monde plus juste et plus pacifique. Les jeunes de notre pays ont tant à offrir, et je suis heureux d’en accueillir plusieurs à Rideau Hall aujourd’hui, venus  assister à la remise de cette médaille.

Je sais que ces jeunes estiment, comme moi, que notre nouveau récipiendaire est la preuve vivante du rôle valable que nous pouvons jouer sur la scène internationale.

M. Regehr, vous représentez le meilleur de ce que le Canada a à offrir. À titre de président d’honneur de l’Association canadienne pour les Nations Unies, et au nom de tous les Canadiens, j’ai le privilège de vous remettre la Médaille Pearson pour la paix.

Merci.