Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Remise du Prix Vimy 2010

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Ottawa, le vendredi 19 novembre 2010

 

Bonsoir.

Je suis devenu gouverneur général du Canada parce que je voulais servir mon pays. J’étais particulièrement ravi à assumer le rôle de commandant en chef qui fait également partie de mes fonctions. Je voulais chausser, même brièvement, les bottines des membres des Forces canadiennes pour me mettre au diapason de ces hommes et ces femmes qui servent nos intérêts, tant au pays qu’à l’étranger.

Si je soulève la notion de service au pays, c’est parce que c’est ce que nous célébrons ici, ce soir. Le Prix Vimy est décerné à une Canadienne ou un Canadien qui a contribué d’une manière importante et remarquable à la défense et à la sécurité de notre pays, ainsi qu’à la protection de nos valeurs démocratiques.

Je suis ravi de féliciter la récipiendaire du Prix Vimy de cette année, la très honorable Adrienne Clarkson.

Madame Clarkson, en tant qu’ancienne gouverneure générale et commandante en chef, a honoré, appuyé et défendu nos militaires qui risquent quotidiennement leur vie, ainsi que les principes qui nous sont si chers.

Avant même d’assumer le rôle de gouverneur général, Madame Clarkson était une ardente défenseure des valeurs canadiennes. Tout au long de sa carrière de journaliste, écrivaine et productrice, elle en a appelé à l’honnêteté et à la justice de tous les niveaux de gouvernement et du secteur privé, et elle s’est fait le porte-parole de communautés et d’individus d’un bout à l’autre du pays. L’influence qu’elle a exercée sur une multitude de vies est indéniable.

Son engagement envers le Canada s’est de nouveau manifesté lorsqu’elle a été assermentée comme 26e gouverneur général du Canada. Elle a en effet ouvert les portes de Rideau Hall comme jamais auparavant et a rehaussé le profil du commandant en chef aux yeux des Canadiens. Elle a maintes fois visité nos militaires en mission à l’étranger pour leur faire savoir qu’ils étaient toujours dans nos pensées.

Elle a passé des périodes de vacances avec eux. Elle a célébré le Nouvel An avec eux. Et, à la suite d’une campagne assez dévastatrice pour nos troupes, elle a même écourté sa visite à Londres pour aller au chevet des soldats blessés, en Allemagne.

Dans « l’Éloge funèbre au soldat canadien inconnu » que vous aviez prononcé, vous disiez « Quels que soient les rêves que nous ayons, ils étaient partagés dans une certaine mesure par cet homme dont nous ignorons seulement le nom mais que tous les Canadiens reconnaissent, dans leur cœur, par toutes les vertus que nous respectons -- le dévouement, l'honneur, le courage et l'engagement. » Madame Clarkson, je me permets de dire aujourd’hui que vous aussi possédez ces mêmes vertus que nous respectons.

Il convient de souligner que, même après votre mandat comme gouverneur général, vous avez continué d’offrir votre appui aux Forces canadiennes. Vous avez souvent été appelée à assister à des cérémonies de rapatriement de dépouilles, où vous apportez réconfort aux familles éplorées. Votre rôle de colonel en chef du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry vous a été confié non seulement par admiration pour ce que vous avez fait pour les Forces canadiennes, mais également avec la certitude que vous alliez faire preuve du même sens du devoir qui vous a animé et dont la nation tout entière a été témoin à chacune de vos rencontres avec les militaires canadiens.

Tout comme cette institution qu’est le gouverneur général a été redéfinie par chacun des titulaires, ainsi en est-il du rôle de commandant en chef, un rôle dont vous avez su rehausser l’importance durant votre mandat.

Si vous le permettez, j’aimerais vous citer de nouveau. Lorsque vous vous êtes adressée pour la dernière fois aux militaires canadiens, vous avez dit « Souvenez-vous que vous serez toujours une partie de moi, et j’espère que je serai toujours une partie de vous. »

Sans cesse, vous nous montrez que vous allez toujours jouer un rôle au sein des Forces canadiennes et défendre nos idéaux, comme le font nos militaires, jour après jour. Ils continuent de faire partie de vous, et ils vous ont acceptée comme une des leurs.

C’est pour moi un honneur de remettre le Prix Vimy 2010 à Madame Adrienne Clarkson.