Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Cérémonie d’investiture de Scouts Canada

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Ottawa, le samedi 16 octobre 2010

 

Il y a cent ans, Robert Baden Powell demandait au comte Grey, gouverneur général du Canada à l’époque, de mettre sur pied le mouvement scout au Canada.

Avec l’évolution du mouvement scout, le rôle du gouverneur général est devenu essentiellement de nature honorifique. Néanmoins, le lien entre le scoutisme et le gouverneur général demeure solide.

Aujourd’hui, je suis fier d’être le président honoraire de Scouts Canada.

J’ai passé toute ma jeunesse à m’instruire, et j’ai consacré la majeure partie de ma vie adulte à enseigner à des jeunes. Inutile de dire que l’éducation me passionne.

Le scoutisme revêt pour moi une signification particulière en raison des valeurs qu’il prône et qui sont reliées aux trois thèmes sur lesquels j’axerai mes efforts durant mon mandat :

- la communauté et la famille
- l’éducation et l’innovation
- le bénévolat et la philanthropie

Toutes les activités bénévoles ont ceci en commun : peu importe combien vous donnez, vous en retirez toujours davantage.

Ce que vous investissez dans le scoutisme, aussi bien à titre de scout qu’à titre de leader, rapporte aux scouts ainsi qu’au mouvement scout et à vote collectivité. Peut-être même autant que cela vous rapporte sur le plan personnel.

Vous avez toutes les raisons d’être fiers du programme scout, pour l’importance qu’il accorde au service à autrui, pour les compétences en leadership qu’il enseigne, pour le mode de vie sain et actif qu’il valorise et pour l’appréciation et la protection de l’environnement qu’il encourage.

Ces compétences et ces valeurs n’ont jamais été si pertinentes que maintenant.

Nous avons besoin de valeurs telles que celles que glorifie le mouvement scout afin de pouvoir réaliser notre objectif d’être une nation éclairée et bienveillante. Ces valeurs nous sont indispensables dans un monde comme le nôtre qui évolue à une vitesse effrénée.

C’est la raison pour laquelle je suis emballé par la récente croissance de Scouts Canada et par ses objectifs ambitieux pour l’avenir.

Je suis ravi, par exemple, de constater que vous mettez l’accent sur le changement climatique et je suis heureux du travail que vous accomplissez avec des partenaires tels que le programme Faites connaissance de Robert Bateman et de l’intérêt que vous portez à venir en aide aux personnes en difficulté à travers le monde.

C’est également avec plaisir que je vois des gens de plus en plus jeunes devenir des participants actifs au sein du leadership et de la gouvernance de Scouts Canada.

Le scoutisme, c’est tellement plus que le camping, la débrouillardise et la plantation d’arbres. Le scoutisme consiste surtout à préparer les jeunes à agir et à changer le monde.

Le monde dans lequel nous vivons progresse essentiellement grâce à l’énergie de nos jeunes, à la détermination avec laquelle ils refusent de prendre pour acquises les façons de faire et la sagesse des générations précédentes.

Vous, les jeunes présents dans cette salle, vous avez probablement constaté que cette attitude embête vos parents et vos grands-parents, et sans doute vos frères et sœurs aînés. Mais continuez. C’est votre travail.

Ne soyez pas hésitants. Osez. Sortez des sentiers battus. Et changez notre monde.

Bien que le changement sans orientation puisse être dangereux, je crois que nous pouvons tous nous fier au sage conseil que le comte Baden-Powell avait formulé au moment de prendre sa retraite du scoutisme. Il a dit : « Essayez de laisser ce monde un peu meilleur qu'il ne l'était quand vous y êtes venus. »

Je tiens à féliciter tous les récipiendaires pour avoir fait preuve d’un tel courage dans des situations dangereuses. Je suis touché par votre détermination et votre zèle, mais surtout, par votre esprit communautaire et votre sens de l’entraide.

Félicitations à tous les récipiendaires et à vous tous, en ce début du deuxième siècle du scoutisme canadien.