Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Annonce de Décorations pour actes de bravoure

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

le 24 septembre 2010

La gouverneure générale annonce l’octroi de 24 Décorations pour actes de bravoure

OTTAWA — Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada, a annoncé aujourd’hui l’octroi de deux Étoiles du courage et de 22 Médailles de la bravoure. Les récipiendaires seront invités à recevoir leur décoration au cours d’une cérémonie qui aura lieu à une date ultérieure.

Les Décorations pour actes de bravoure ont été créées en 1972 afin de rendre hommage aux personnes qui ont risqué leur vie pour tenter de sauver ou de protéger une autre personne.
La Croix de la vaillance (C.V.) reconnaît les actes de courage vraiment remarquables accomplis dans des circonstances extrêmement périlleuses; l’Étoile du courage (É.C.), des actes de courage remarquables accomplis dans des circonstances très périlleuses; et la Médaille de la bravoure (M.B.), des actes de courage accomplis dans des circonstances dangereuses.

La liste des récipiendaires, les citations ainsi qu’une fiche d’information sur les Décorations pour actes de bravoure sont jointes au présent communiqué.

-30-

Renseignements aux médias
Marie-Pierre Bélanger
Bureau de presse de Rideau Hall
613-998-9166
marie-pierre.belanger@gg.ca
www.gg.ca


RÉCIPIENDAIRES

ÉTOILE DU COURAGE

Miranda Suggitt, É.C.

Lindsay (Ont.)

Michael Thomas Westwell, É.C., C.D.

Pukatawagan (Man.)

MÉDAILLE DE LA BRAVOURE

Le lieutenant-colonel Douglas Wynn Baird, M.B., C.D.

Aylesford Lake (N.-É.)

L’agent Robert Bérubé, M.B.

Montréal (Qc)

Scott Borlase, M.B.

Winnipeg (Man.)

Joseph Henry Roland Bouliane, M.B.

Winnipeg (Man.)

L’agent Benoit Brissette, M.B.

Montréal (Qc)

Le sergent Steve Desgagné, M.B.

Montréal (Qc)

Richard Frauley, M.B.

Saint John (N.-É.)

Isabelle Gagnon, M.B.

Saint-Hubert (Qc)

Le caporal-chef Julien Gauthier, M.B.

Greenwood (N.-É.)

Le major William Robertson Green, M.B., C.D.

Moose Jaw (Sask.)

Blair William Allan Hockin, M.B.

Portage La Prairie (Man.)

Le sergent André Joseph Hotton, M.B., C.D.

Greenwood (N.-É.)

Tim Kautaq, M.B.

Hall Beach (Nt)

Le gendarme de la GRC Alfred Douglas Lavallee, M.B.

Winnipeg (Man.)

Pascale Pelletier, M.B.

Mercier (Qc)

Le sergent Joseph Kenneth Penman, M.B.

Winnipeg (Man.)

Stephen Power, M.B.

Charlottetown (Î.-P.-É.)

L’adjudant-maître Hamish Seggie, M.B., C.D.

Winnipeg (Man.)

L’adjudant Shaun Spence, M.B., C.D.

Winnipeg (Man.)

Tami Elizabeth Strickland, M.B.

Charlottetown (Î.-P.-É.)

Abebe Yohannes, M.B.

Brandon (Man.)

Herman Zarbel, M.B.

Winnipeg (Man.)


CITATIONS

ÉTOILE DU COURAGE

Miranda Suggitt, É.C., Lindsay (Ontario)
Étoile du courage

Le 22 novembre 2005, Miranda Suggitt, alors âgée de 11 ans, a risqué sa vie pour empêcher que sa mère ne soit touchée par un tir de carabine. Dans la soirée, le père de Miranda s’est enivré, est devenu violent, et a menacé la mère de la fillette de son arme. Un coup est parti, ratant la femme qui s’est précipitée à l’extérieur. Le père de Miranda a suivi son épouse et pointé de nouveau l’arme sur elle. Sans se soucier du danger mortel qu’elle courait, Miranda s’est interposée entre ses parents, suppliant son père de ne pas tirer. Il lui a ordonné de s’éloigner, mais elle n’a pas bougé, jusqu’à ce que des gens viennent arracher la carabine des mains de son père et le maîtrisent en attendant l’arrivée des policiers. Par sa façon d’agir, elle a fait preuve d’un grand courage et a permis qu’une terrible tragédie soit évitée.

Michael Thomas Westwell, É.C., C.D., Pukatawagan (Manitoba)
Étoile du courage

Le 4 mars 2008, le missionnaire Michael Westwell s’est courageusement battu pour protéger son épouse durant l’invasion de son domicile au Malawi, en Afrique. À l’aube, M. Westwell a été réveillé par le bruit de plusieurs hommes s’infiltrant dans la maison. Il s’est alors élancé sur eux pour les empêcher de se rendre jusqu’à la chambre à coucher, jetant l’un des hommes armés par terre et luttant avec lui avant de se retrouver neutralisé par les assaillants. Pendant que ceux-ci le battaient avec le fusil et le lacéraient avec des machettes, M. Westwell ne cessait de crier afin d’alerter ses voisins. Après plusieurs minutes, les hommes sont partis, mais l’un d’eux est revenu, a de nouveau battu M. Westwell et l’a jeté au sol avant de s’enfuir. Malgré une grave blessure à la tête ainsi que de nombreuses coupures et deux bras cassés, M. Westwell a dit à son épouse de rester cachée jusqu’à ce qu’un ami leur vienne en aide.

MÉDAILLE DE LA BRAVOURE

Le lieutenant-colonel Douglas Wynn Baird, M.B., C.D., Aylesford Lake (Nouvelle-Écosse)
Médaille de la bravoure

Le 30 décembre 2008, le lieutenant-colonel Doug Baird a secouru un homme qui est tombé à l’eau lorsque la glace a cédé sous lui, alors qu’il patinait sur le lac Aylesford, en Nouvelle-Écosse. S’étant aventurée sur la mince couche de glace, la victime est tombée dans les eaux froides. Le lieutenant-colonel Baird, informé de l’incident, a arraché une grosse branche d’un arbre et a parcouru plusieurs centaines de mètres en patins pour atteindre la victime. Il a dû ramper sur une distance d’environ 40 mètres pour lui tendre la branche. La glace, si mince qu’on pouvait voir l’eau au travers, ne cessait de se briser entre eux. Le lieutenant-colonel Baird a dit à l’homme de s’agripper à la branche et a ensuite rampé très lentement à reculons, tirant l’homme jusqu’à ce qu’il soit sain et sauf.

L’agent Robert Bérubé, M.B., Montréal (Québec)
L’agent Benoit Brissette, M.B., Montréal (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 18 décembre 2008, les agents Robert Bérubé et Benoit Brissette des services policiers de la Ville de Montréal ont secouru un certain nombre de résidants d’un immeuble en feu. Les deux agents patrouillaient le secteur, lorsqu’ils ont entendu une explosion et vu s’effondrer la façade en pierre d’un bâtiment de trois étages. Le rez-de-chaussée était complètement en feu, et les flammes gagnaient rapidement les appartements des étages supérieurs. Sans hésiter, les agents ont couru dans le corridor envahi par une épaisse fumée noire qui leur troublait la vue et qui gênait leur respiration. Après avoir évacué plusieurs occupants du rez-de-chaussée et de l’étage au-dessus, les agents ont mis des masques à gaz et ont poursuivi l’évacuation de tous les locataires du dernier étage. Les résidants ont tous pu être sauvés.

Scott Borlase, M.B., Winnipeg (Manitoba)
Médaille de la bravoure

Le 31 janvier 2009, Scott Borlase, âgé de 14 ans, a joué un rôle crucial en protégeant la vie de sa sœur durant une tempête de neige sur le lac Winnipeg, au Manitoba. Lors d’une belle matinée par temps clair, Scott, sa jeune sœur de 11 ans et leur père sont partis en excursion en motoneige, mais en début d’après-midi, le temps a soudainement changé. Les vents violents et la neige qui tombait avec abondance les ont empêchés de voir le sentier balisé et ils se sont égarés. À un moment donné, le père de Scott a débarqué de la motoneige et s’est effondré. Incapable de lui tâter le pouls, Scott a décidé d’aller chercher des secours avec sa sœur. Aveuglé par la tempête, il a conduit en droite ligne, en espérant pouvoir atteindre le rivage. Une fois sur la rive, Scott a pu utiliser son téléphone cellulaire pour appeler le 911 et fournir des renseignements sur leur emplacement. Il a alors emmené sa sœur dans un bosquet à l’abri du vent impérieux et a utilisé une couverture solaire pour qu’ils puissent rester au chaud jusqu’à l’arrivée des secouristes, plusieurs heures plus tard. Une autre équipe de secours a retrouvé le père, qui n’a malheureusement pas survécu.

Joseph Henry Roland Bouliane, M.B., Winnipeg (Manitoba)
Le major William Robertson Green, M.B., C.D., Moose Jaw (Saskatchewan)
Blair William Allan Hockin, M.B., Portage La Prairie (Manitoba)
Le gendarme de la GRC Alfred Douglas Lavallee, M.B., Winnipeg (Manitoba)
Le sergent Joseph Kenneth Penman, M.B., Winnipeg (Manitoba)
L’adjudant-maître Hamish Seggie, M.B., C.D., Winnipeg (Manitoba)
L’adjudant Shaun Spence, M.B., C.D., Winnipeg (Manitoba)
Abebe Yohannes, M.B., Brandon (Manitoba)
Herman Zarbel, M.B., Winnipeg (Manitoba)
Médaille de la bravoure

Le 12 octobre 2007, le major William Green, l’adjudant Shaun Spence, le sergent Joseph Penman, Roland Bouliane et Abebe Yohannes ont secouru deux personnes qui étaient prises dans des véhicules en feu, à Headingly, au Manitoba. Les hommes se sont frénétiquement acharnés à éteindre l’incendie à l’intérieur de l’un des véhicules, mais les flammes se sont au contraire rapidement propagées, et la fumée noire gênait la vue à l’intérieur. Le major Green a alors cassé la lunette arrière, puis a sorti une fillette qui était sur la banquette et l’a éloignée du brasier. Le gendarme Alfred Lavallee et les autres secouristes ont de nouveau essayé désespérément d’atteindre les deux autres victimes toujours à l’intérieur, mais ils ont été repoussés par l’intensité de la chaleur et des flammes. Pendant ce temps, Blair Hockin, Herman Zarbel et l’adjudant-maître Hamish Seggie démolissaient le pare-brise du second véhicule pour en retirer le conducteur qui était coincé sous les débris. Ils ont pu l’extirper quelques instants avant que le véhicule ne s’embrase.

Le sergent Steve Desgagné, M.B., Montréal (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 16 août 2008, le sergent Steve Desgagné, membre des Forces canadiennes en repos, a empêché un homme de faire un vol à main armée et probablement de blesser un commis dans un dépanneur, à Montréal. S’approchant du commis en pointant un couteau, le malfaiteur lui a dit qu’il s’agissait d’un hold-up. Quand le sergent Desgagné s’est rendu compte de la situation, il a mis la main dans sa poche, prétendant qu’il était armé. Il s’est avancé ainsi au devant de l’homme, et lui a ordonné de déposer son couteau. Après s’être exécuté, le voleur a aussitôt pris la fuite. Le sergent Desgagné s’est élancé à sa poursuite, sans savoir si ce dernier avait une autre arme en sa possession. Après une brève lutte, le voleur a été maîtrisé et retenu jusqu’à l’arrivée des policiers.

Richard Frauley, M.B., Saint John (Nouveau-Brunswick)
Médaille de la bravoure

Le 30 mai 2008, Richard Frauley a secouru deux personnes d’un véhicule en feu, à Lepreau, au Nouveau-Brunswick. Ayant vu un véhicule monter sur le terre-plein central et faire plusieurs tonneaux, M. Frauley a arrêté sa voiture et couru jusqu’au véhicule déjà en feu. À maintes reprises, il a tiré énergiquement la poignée de la portière du passager avant jusqu’à ce qu’elle s’ouvre enfin. De plus en plus intenses, les flammes se propageaient sous le véhicule. M. Frauley a agrippé la passagère sous les bras et l’a traînée jusqu’à ce qu’elle soit à l’abri, tandis que le conducteur blessé réussissait à s’extirper par le toit ouvrant. M. Frauley a ensuite forcé la porte du passager arrière, puis a retiré le bébé de son siège d’auto et l’a confié à sa mère. À ce moment-là, le véhicule était complètement en flammes. M. Frauley a prodigué les premiers soins aux victimes jusqu’à l’arrivée des policiers.

Isabelle Gagnon, M.B., Saint-Hubert (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 10 juillet 2009, Isabelle Gagnon a risqué sa vie pour secourir son mari, près de Saint-François-du-Lac, au Québec. Mme Gagnon, son mari et leur fils de six ans s’amusaient dans l’eau, lorsque le mari a soudainement crié au secours. Elle a alors nagé jusqu’à lui et a essayé à plusieurs reprises de l’attraper, mais comme il était frénétique et beaucoup plus fort et corpulent qu’elle, elle n’a pas réussi. Dans sa panique, la victime s’est alors agrippée à l’enfant, qui portait un gilet de sauvetage. Consciente du danger que cela représentait pour l’enfant, Mme Gagnon a tiré son mari d’un côté et poussé son fils vers le rivage. Malgré son épuisement, elle a de nouveau tenté d’aider son mari, qui n’a malheureusement pas survécu.

Le caporal-chef Julien Gauthier, M.B., Greenwood (Nouvelle-Écosse)
Le sergent André Joseph Hotton, M.B.*, C.D., Greenwood (Nouvelle-Écosse)
Médaille de la bravoure

Le 19 novembre 2008, le sergent André Hotton et le caporal-chef Julien Gauthier, tous deux techniciens en recherche et en sauvetage, ont secouru trois personnes qui se trouvaient sur une barge en train de couler au large des côtes de la Nouvelle-Écosse. En réponse à l’appel de détresse de la barge en péril dans la mer houleuse, un hélicoptère militaire a été dépêché sur les lieux afin d’évacuer les gens à bord. Après plusieurs vaines tentatives, le sergent Hotton a été descendu à une certaine distance du navire, d’où il a demandé à l’une des victimes de nager jusqu’à lui pour qu’il puisse ensuite le monter dans l’hélicoptère. Ayant été informé par la base aérienne qu’il fallait mettre fin à l’opération de sauvetage en raison du manque de carburant et de la noirceur qui approchait, le pilote et son équipage ont choisi de poursuivre le sauvetage. Le sergent Hotton a de nouveau été descendu et a pu remonter avec une autre victime. Ce fut ensuite au tour du caporal-chef Gauthier de descendre, puis de remonter avec la dernière victime. Toute l’opération de sauvetage a duré environ une heure, et la barge a chaviré peu de temps après.

* Il s’agit de la deuxième Médaille de la bravoure pour le sergent Hotton.

Tim Kautaq, M.B., Hall Beach (Nunavut)
Médaille de la bravoure

Le 26 février 2009, Tim Kautaq a secouru plusieurs personnes d’une maison en feu, à Hall Beach, au Nunavut. M. Kautaq marchait près de la maison, lorsqu’il a entendu l’une des victimes appeler à l’aide. Lorsqu’il est entré dans la résidence, le rez-de-chaussée était complètement envahi par les flammes. Incapable de respirer, M. Kautaq a dû ressortir, mais il est retourné de nouveau après avoir entendu un enfant crier à l’intérieur. Malgré la fumée qui rendait la respiration difficile et gênait la vue, le secouriste a soulevé le garçon souffrant de graves brûlures et l’a sorti de la maison. De la porte d’entrée, M. Kautaq a appelé trois autres victimes qui étaient incapables de s’orienter et les a guidées jusqu’à lui. M. Kautaq s’est ensuite précipité une dernière fois à l’intérieur et est ressorti avec le dernier enfant, sain et sauf.

Pascale Pelletier, M.B., Mercier (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 30 août 2008, Pascale Pelletier a secouru un homme coincé dans une maison en feu, à Mercier, au Québec. L’homme avait tenté d’éteindre un feu dans la cuisine et de secourir ses animaux de compagnie, mais il s’est trouvé désorienté à cause de l’épaisse fumée. Sa voisine, Pascale Pelletier, qui était à l’extérieur en train de circonscrire le feu avec le tuyau d’arrosage, a décidé  de pénétrer à l’intérieur de la maison pour secourir la victime. Elle a d’abord mouillé un chandail dont elle s’est entouré le visage, puis s’est élancée en direction de la cuisine en feu. Elle a eu beaucoup de mal à respirer en montant à l’étage, à cause de l’épaisse fumée noire. Elle a finalement repéré l’homme grièvement brûlé, qu’elle a pu sortir de la maison et mettre à l’abri.

Stephen Power, M.B., Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard)
Tami Elizabeth Strickland, M.B., Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard)
Médaille de la bravoure

Le 14 novembre 2008, Stephen Power et Tami Strickland ont secouru une femme handicapée qui se trouvait dans un appartement envahi par la fumée, à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard. Le système d’extincteurs automatiques s’étant déclenché à la suite d’un petit feu à l’intérieur de l’appartement, la victime étouffée par la fumée s’est évanouie, alors que l’eau montait rapidement dans la pièce. Du corridor, Mme Strickland a entendu l’eau qui coulait et a décidé de forcer la porte pour l’ouvrir. C’est alors qu’elle a vu l’épaisse fumée noire qui envahissait la résidence. Elle a couru demander l’aide de M. Power et, ensemble, ils sont entrés dans l’appartement. Gênés par la fumée, ils ont dû avancer à tâtons à la recherche de la victime. Malgré la difficulté à respirer, ils l’ont finalement trouvée, étendue par terre dans la salle de bain, et l’ont sortie de l’immeuble.


INFO-FICHE SUR LES DÉCORATIONS POUR ACTES DE BRAVOURE

CONTEXTE

Les Décorations pour actes de bravoure, qui ont été créées en 1972, rendent hommage aux personnes qui risquent leur vie au mépris de leur propre instinct de survie pour tenter de sauver un être cher ou un pur étranger en péril. Chaque année, maints incidents mettent en danger la vie de victimes potentielles et de leurs sauveteurs.

Les trois décorations reflètent le niveau de risque encouru par les récipiendaires :

La Croix de la vaillance (C.V.) reconnaît les actes de courage vraiment remarquables accomplis dans des circonstances extrêmement périlleuses.

L’Étoile du courage (É.C.) reconnaît des actes de courage remarquables accomplis dans des circonstances très périlleuses.

La Médaille de la bravoure (M.B.) reconnaît des actes de courage accomplis dans des circonstances dangereuses.


ADMISSIBILITÉ ET MISE EN CANDIDATURE

Quiconque peut soumettre le nom d’une personne qui, pour venir en aide à ses semblables, s’est mise en danger de mort ou de blessure grave. Il n’est pas nécessaire que l’incident en question se soit produit au Canada ou que le candidat proposé soit canadien, mais des Canadiens ou des intérêts canadiens doivent être en cause. Les décorations peuvent être décernées à titre posthume.

Les candidatures doivent être soumises au plus tard deux ans après l’incident ou deux ans après la conclusion de l’examen, par une cour ou par un coroner, des circonstances entourant l’événement ou l’acte de bravoure.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les Décorations pour actes de bravoure, veuillez consulter le site www.gg.ca/document.aspx?id=73.