Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Annonce de Décorations pour actes de bravoure

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

le 27 août 2010

La gouverneure générale annonce l’octroi de 17 Décorations pour actes de bravoure

OTTAWA — Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada, a annoncé aujourd’hui l’octroi de deux Étoiles du courage et 15 Médailles de la bravoure. Les récipiendaires seront invités à recevoir leur décoration au cours d’une cérémonie qui aura lieu à une date ultérieure.

Les Décorations pour actes de bravoure ont été créées en 1972 afin de rendre hommage aux personnes qui ont risqué leur vie pour tenter de sauver ou de protéger une autre personne.
La Croix de la vaillance (C.V.) reconnaît les actes de courage vraiment remarquables accomplis dans des circonstances extrêmement périlleuses; l’Étoile du courage (É.C.), des actes de courage remarquables accomplis dans des circonstances très périlleuses; et la Médaille de la bravoure (M.B.), des actes de courage accomplis dans des circonstances dangereuses.

La liste des récipiendaires, les citations ainsi qu’une fiche d’information sur les Décorations pour actes de bravoure sont joints au présent communiqué.

-30-

Renseignements aux médias
Marie-Pierre Bélanger
Bureau de presse de Rideau Hall
613-998-9166
mpbelanger@gg.ca
www.gg.ca


RÉCIPIENDAIRES

ÉTOILE DU COURAGE

Miguel Gonzalez, É.C.

Montréal (Qc)

Luc Paquette, É.C.

Montréal (Qc)

MÉDAILLE DE LA BRAVOURE

L’agent Nicholas Bell, M.B.

Vancouver (C.-B.)

L’agent Wayne Thompson, M.B.

Vancouver (C.-B.)

John Peter Chatterton, M.B.

Richmond (Ont.)

Daisy Flamand, M.B. 

Manawan (Qc)

Jared Douglas Gagen, M.B.

Cobble Hill (C.-B.)

Warren Bruce Miller, M.B.

Victoria (C.-B.)

Edward Stirling, M.B.

Ladysmith (C.-B.)

Art Unruh, M.B.

Abbotsford (C.-B.)

William Watt, M.B.

Victoria (C.-B.)

Ernest Jean, M.B.

Montréal (Qc)

Marjorie Jean-Baptiste, M.B.

Montréal (Qc)

Thomas Manuel, M.B.

Fort Good Hope (T.N.-O)

Michaël Perreault Giroux, M.B.

Rivière-Rouge (Qc)

Philippe Tremblay, M.B.

Bathurst (N.-B.)

Chad Verch, M.B.

Victoria (C.-B.)



CITATIONS

ÉTOILE DU COURAGE

Miguel Gonzalez, É.C., Montréal (Québec)
Luc Paquette, É.C., Montréal (Québec)
Étoile du courage

Le 28 octobre 2008, Miguel Gonzalez et Luc Paquette ont sauté dans les eaux glacées du fleuve Saint-Laurent, à Québec, pour empêcher un collègue blessé de se noyer. La victime conduisait son chariot élévateur près du bord du quai, lorsque le véhicule est resté coincé sur une planche partiellement déclouée avant de verser à l’eau, entre le quai et un gros navire. Témoin de l’accident, M. Gonzalez a sauté à l’eau et a agrippé son collègue inconscient. Malgré les effets rapides de l’hypothermie, M. Gonzalez n’a pas relâché l’homme presque noyé. Apprenant que la victime avait cessé de respirer, M. Paquette a sauté dans le fleuve à son tour et a réussi à le réanimer. Les deux secouristes sont restés dans les eaux très froides pendant près de 20 minutes, jusqu’à ce qu’une équipe de sauvetage les remonte sur la terre ferme.

MÉDAILLE DE LA BRAVOURE


L’agent Nicholas
Bell, M.B., Vancouver (Colombie-Britannique)

L’agent Wayne Thompson, M.B., Vancouver (Colombie-Britannique)

Médaille de la bravoure

Le 31 octobre 2008, les agents Nick Bell et Wayne Thompson du Service de police de Vancouver ont secouru deux personnes âgées prises dans une maison en feu, à Vancouver, en Colombie-Britannique. L’étage du haut était complètement en feu lorsque les agents sont arrivés sur les lieux. De la porte d’entrée, qui était ouverte, ils ont appelés les deux résidants qui étaient figés sous le choc. Alors que des débris tombaient autour d’elles, les victimes ont été rapidement enveloppées d’une épaisse fumée causée par l’incendie qui se propageait de plus belle. Ne disposant d’aucun équipement spécial, les agents se sont précipités à l’intérieur de la maison et en ont sorti les deux personnes âgées encore hésitantes.

John Peter Chatterton, M.B., Richmond (Ontario)
Médaille de la bravoure

Le 12 février 2007, le lieutenant John Chatterton, un pompier d’Ottawa, a risqué sa vie afin que ses collègues puissent s’échapper d’un incendie dans un immeuble de trois étages. Ayant terminé leur fouille à la recherche de victimes possibles, le lieutenant Chatterton et ses deux collègues sont redescendus par l’escalier. Mais une épaisse fumée noire et une chaleur extrême les ont forcés à remonter au troisième étage pour trouver une autre voie d’évacuation. Le lieutenant Chatterton a alors informé les membres de son équipe que leur seul recours était de sauter par la fenêtre. Couché par terre, alors que la peinture sur son casque pelait sous la chaleur et que sa radio fondait, il les a guidés et leur a ordonné de sauter. Il les a suivis en dernier lieu. Le lieutenant Chatterton a souffert de brûlures au deuxième et troisième degrés et de fractures multiples.

Daisy Flamand, M.B., Manawan (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 20 août 2008, Daisy Flamand a secouru trois personnes d’une maison en feu, à Manawan, au Québec. Lorsqu’elle a entendu l’alarme du détecteur de fumée depuis sa chambre au sous-sol, Mme Flamand est montée pour trouver la cuisine en flammes. Elle a alerté sa grand-mère et sa nièce de 10 ans qui dormaient dans une chambre du rez-de-chaussée. Elle est ensuite retournée au sous-sol pour prendre son bébé et le confier à sa nièce qui était maintenant à l’extérieur. Malgré l’épaisse fumée noire qui envahissait de plus en plus la résidence, rendant la respiration difficile, Mme Flamand est retournée à l’intérieur pour aller chercher sa grand-mère, la sortir et la mettre à l’abri du danger. Les policiers ont empêché Mme Flamand de pénétrer à nouveau dans la maison pour aller secourir deux autres membres de la famille qui étaient coincés à l’intérieur. Malheureusement, ces deux victimes n’ont pas survécu.

Jared Douglas Gagen, M.B., Cobble Hill (Colombie-Britannique)
Warren Bruce Miller, M.B., Victoria (Colombie-Britannique)
Edward Stirling, M.B., Ladysmith (Colombie-Britannique)
Art Unruh, M.B., Abbotsford (Colombie-Britannique)
William Watt, M.B., Victoria (Colombie-Britannique)
Médaille de la bravoure

Le 9 septembre 2008, Jared Gagen, Bruce Miller, Edward Stirling, Art Unruh et William Watt se sont portés à l’aide d’un de leurs collègues pêcheurs attaqué par un ours noir, à Port Renfrew, en Colombie-Britannique. L’ours avait grimpé sur le bateau amarré et s’était élancé sur l’homme, le mordant au cou et à l’épaule. Témoins de l’attaque, MM. Miller et Gagen ont accouru sur les lieux et assené des coups de gaffe à l’ours, sans réussir à lui faire abandonner la victime blessée. MM. Unruh, Watt et Stirling sont arrivés armés de marteaux et de couteaux pour mettre fin au carnage, mais l’ours les repoussait sans pour autant lâcher la victime. Après avoir été frappé continuellement, l’animal grièvement blessé est tombé au fond du bateau. La victime a été transportée d’urgence à l’hôpital et a survécu à l’attaque grâce à la bravoure et à la rapide réaction de ses collègues pêcheurs.

Ernest Jean, M.B., Montréal (Québec)
Marjorie Jean-Baptiste, M.B., Montréal (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 6 mars 2008, Marjorie Jean-Baptiste et Ernest Jean ont risqué leur vie pour que sept enfants puissent s’échapper de l’incendie qui ravageait leur maison, à Rivière-des-Prairies, au Québec. Mme Jean-Baptiste et les enfants dormaient à l’étage, lorsqu’elle a entendu les pleurs de l’un d’eux. Une épaisse fumée noire se propageait dans le corridor pendant qu’elle emmenait les enfants dans sa chambre à coucher. Elle a alors fracassé la fenêtre et crié pour alerter les voisins, puis a laissé tomber les enfants un à un sur le banc de neige au-dessous. Des voisins ont rassemblé les enfants et leur ont apporté des couvertures, tout en essayant de persuader Mme Jean-Baptiste de sauter pour échapper au brasier, mais elle a refusé de le faire jusqu’à ce que les sept enfants soient sains et saufs à l’extérieur. Pendant ce temps, Ernest Jean, un voisin, pénétrait dans la maison, au rez-de-chaussée où rageait l’incendie, pour vérifier si des enfants s’y trouvaient encore, mais la fumée l’a contraint à ressortir. Il s’est alors roulé dans la neige pour mouiller ses vêtements et a bravé de nouveau les flammes pour faire une rapide vérification au rez-de-chaussée avant de ressortir.

Thomas Manuel, M.B., Fort Good Hope (Territoires du Nord-Ouest)
Médaille de la bravoure

Le 16 juillet 2007, Thomas Manuel a été grièvement blessé pour avoir protégé sa famille d’un intrus, à Fort Good Hope, dans les Territoires du Nord-Ouest. Après s’être introduit dans la maison, l’intrus a commencé à tirer avec sa carabine sur les membres de la famille qui ont couru se réfugier dans la chambre des maîtres. M. Manuel a été atteint d’une balle au cou et à l’estomac lorsqu’il a tenté de maîtriser le malfaiteur. Il s’est réfugié dans la chambre, a bloqué la porte avec une grosse armoire, et a façonné un cordage avec des draps et des chemises, lui permettant de s’échapper par la fenêtre avec sa famille. Après que son épouse et leurs trois petits-enfants se soient retrouvés sur le sol, M. Manuel est descendu à son tour et a couru sur le côté de la maison pour distraire l’attaquant. Celui-ci s’est alors élancé vers M. Manuel, a tiré et l’a atteint d’une balle au visage, avant de s’enfuir. La GRC a réussi à l’arrêter par la suite.

Michaël Perreault Giroux, M.B., Rivière-Rouge (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 12 juillet 2008, Michaël Perreault Giroux a tenté en vain de secourir son frère âgé de 16 ans, qui avait disparu dans les eaux dangereuses de la rivière Rouge, à L’Annonciation, au Québec. Les deux frères jouaient avec un boomerang dans la rivière, lorsque le plus jeune des deux s’est trouvé en détresse dans des sables mouvants et a disparu sous l’eau. Croyant que son frère avait été emporté plus loin dans la rivière, M. Perreault Giroux a immédiatement nagé pour le retrouver, mais s’est rapidement trouvé lui-même victime du fort courant. Pendant plusieurs minutes, il a lutté pour ne pas se noyer alors que ses poumons se remplissaient d’eau. Épuisé et commençant à perdre connaissance, M. Perreault Giroux a été ramené sur le rivage par un témoin à l’aide d’un matelas pneumatique. D’autres personnes ont essayé de retrouver son jeune frère qui, malheureusement, n’a pas survécu.

Philippe Tremblay, M.B., Bathurst (Nouveau-Brunswick)
Médaille de la bravoure

Le 9 juin 2004, Philippe Tremblay, alors âgé de 16 ans, a secouru un ami qui s’est blessé après être tombé du haut d’un précipice dans les rapides, aux chutes Tetagouche, à Bathurst, au Nouveau-Brunswick. Philippe avait grimpé, avec des camarades de classe, au haut des chutes, lorsqu’un des garçons a glissé et est tombé dans un bassin rocheux, plus bas, et a été emporté par les eaux au courant rapide. Blessé par sa chute, le jeune homme, incapable de se servir de ses jambes, tentait désespérément de nager. Sans hésiter, Philippe a sauté dans les eaux profondes pour aider son camarade, qui avait maintenant disparu sous l’eau. En dépit du vigoureux flot de retour, il a atteint la victime paniquée. Il a remonté son ami à la surface et l’a hissé sur une saillie, où d’autres personnes ont pris soin de lui en attendant l’arrivée des ambulanciers.

Chad Verch, M.B., Victoria (Colombie-Britannique)
Médaille de la bravoure

Le 12 novembre 2008, Chad Verch a sauvé trois personnes de la noyade, à Punta de Mita, au Mexique. M. Verch faisait du surf, lorsqu’une personne sur la plage l’a averti qu’un nageur éprouvait des difficultés. Arrivé à l’endroit indiqué, il a vu une femme âgée et un maître nageur épuisé qui tentait désespérément de la hisser sur sa planche de surf. Luttant contre le courant impétueux et les hautes vagues, M. Verch a tiré la planche à laquelle étaient agrippés le dame et le maître nageur jusqu’au rivage, où d’autres personnes se sont occupées d’eux. M. Verch, cette fois accompagné d’un autre maître nageur d’hôtel, est retourné à l’eau pour secourir deux autres touristes qui étaient prisonniers des énormes vagues. Grâce à la détermination de M. Verch, les trois victimes ont survécu.


INFO-FICHE SUR LES DÉCORATIONS POUR ACTES DE BRAVOURE

CONTEXTE

Les Décorations pour actes de bravoure, qui ont été créées en 1972, rendent hommage aux personnes qui risquent leur vie au mépris de leur propre instinct de survie pour tenter de sauver un être cher ou un pur étranger en péril. Chaque année, maints incidents mettent en danger la vie de victimes potentielles et de leurs sauveteurs.

Les trois décorations reflètent le niveau de risque encouru par les récipiendaires :

La Croix de la vaillance (C.V.) reconnaît les actes de courage vraiment remarquables accomplis dans des circonstances extrêmement périlleuses.

L’Étoile du courage (É.C.) reconnaît des actes de courage remarquables accomplis dans des circonstances très périlleuses.

La Médaille de la bravoure (M.B.) reconnaît des actes de courage accomplis dans des circonstances dangereuses.

ADMISSIBILITÉ ET MISE EN CANDIDATURE

Quiconque peut soumettre le nom d’une personne qui, pour venir en aide à ses semblables, s’est mise en danger de mort ou de blessure grave. Il n’est pas nécessaire que l’incident en question se soit produit au Canada ou que le candidat proposé soit canadien, mais des Canadiens ou des intérêts canadiens doivent être en cause. Les décorations peuvent être décernées à titre posthume.

Les candidatures doivent être soumises au plus tard deux ans après l’incident ou deux ans après la conclusion de l’examen, par une cour ou par un coroner, des circonstances entourant l’événement ou l’acte de bravoure.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les Décorations pour actes de bravoure, veuillez consulter le site www.gg.ca/document.aspx?id=73.