Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Visite au nouveau théâtre Cercle Molière

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.


Visite au nouveau théâtre Cercle Molière

Saint-Boniface, le samedi 19 juin 2010

Nous sommes heureux, mon mari Jean-Daniel Lafond et moi, de nous joindre à vous à quelques jours de l’inauguration officielle du nouveau théâtre du Cercle Molière.

Mon mari en est d’autant plus heureux qu’il est lui aussi un homme de théâtre.

Ici, à Saint-Boniface, Gabrielle Roy est partout présente, et je me souviens que c’est en lisant un texte sur cette romancière que j’affectionne particulièrement que j’ai découvert pour la première fois l’existence du Cercle Molière, la plus ancienne troupe de théâtre au Canada, et d’expression française en plus!

À la fin de sa vie, Gabrielle Roy le rappelait, parlant de ses premières expériences au théâtre, toutes ces forces vives, tous ces talents, disait-elle et je cite « qui fleurirent si nombreux de notre sol pourtant presque en friche. »

Des talents qui n’ont cessé de se multiplier, comme en fait foi la longue tradition théâtrale que vous avez nourrie ici, et qui ont contribué à enraciner la langue et la culture françaises dans le cœur des francophones et francophiles du Manitoba.

Parce que ces talents étaient, et sont toujours, animés d’une passion pour l’expression artistique, d’un engagement profond à l’égard de la cause francophone et d’une détermination à toute épreuve.

Je pense ici à vous, M. Mahé, qui dirigez les destinées de ce théâtre depuis plus de 40 ans et qui en avez fait une compagnie professionnelle.

Seulement trois avant vous, me dit-on, ont assumé la direction de ce théâtre depuis sa création en 1925, et parmi eux, vous battez le record de longévité.

Comme vous, votre équipe et tant d’autres qui vous ont appuyés, je crois qu’il était temps que le Cercle Molière dispose d’un lieu mieux adapté à ses besoins et doté d’installations à la fine pointe.

Après dix ans de travail et d’efforts, vous voilà dans un nouveau théâtre, en plein cœur du quartier francophone. Et nous sommes heureux d’être parmi vous pour témoigner de cette formidable réalisation.

En dépit de tous les obstacles sur votre route, vous avez réussi l’exploit de continuer à créer et à vivre en français et vous avez toutes les raisons d’en être fiers.

Et c’est la francophonie dans toute sa diversité que vous avez accueillie, qui est venue en renfort et qui constituent aujourd’hui l’une de vos forces.

Vous avez enrichi votre province et le pays tout entier de votre apport à la culture canadienne et à la francophonie.

Nous sommes ici pour vous dire : continuez et ne baissez jamais les bras.

Vous pourrez toujours compter sur notre concours.

Nous devons garder vivante cette langue que nous chérissons, qui est riche de multiples et de beaux accents, qui est porteuse de nos parcours et de nos expériences, qui raconte nos histoires et qui exprime nos aspirations.

Et l’une des façons les plus prometteuses d’y parvenir, comme nous le rappelle si bien le Cercle Molière, est de la mettre au cœur de nos vies et de nos choix culturels.

C’est-à-dire de la parler, de l’écrire, de la chanter, de la défendre et de la célébrer.

Et la langue, nous le savons, est beaucoup plus qu’une bannière.

C’est une valeur, c’est un trésor.

Votre vitalité, sachez-le, est l’une des grandes richesses du patrimoine culturel de l’humanité.

Félicitations et merci de nous accueillir dans votre communauté, à la fois si fière de ses racines et tournée vers l’avenir.

Longue vie au Cercle Molière!