Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Message à l’occasion du Sommet G(irls)20

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.


Message à l’occasion du Sommet G(irls)20
organisé par la Fondation Belinda Stronach

Enregistré à Rideau Hall, le jeudi 10 juin 2010

Mes amies,

La plupart des enjeux internationaux qui seront abordés au cours des sommets du G8 et du G20 dans quelques jours ont des répercussions directes sur la vie de tant de filles et de femmes.

Aussi est-ce avec plaisir que je salue l’initiative prise par la Fondation Belinda Stronach de réunir pour l’occasion des jeunes femmes qui sont des leaders dans leur communauté et qui ont à cœur de changer les choses pour le mieux.

Nous savons que des millions de filles, à l’heure actuelle, n’ont pas accès à l’éducation et sont les plus touchées par la violence, la pauvreté, la maladie, l’analphabétisme.

Elles travaillent dans les champs, vont chercher de l’eau à des kilomètres de leur domicile, sans garantie pour leur sécurité.

D’autres sont employées dans des manufactures, exploitées sans vergogne, et leurs corps vont jusqu’à être utilisés comme de simples marchandises.

D’autres encore doivent prendre en charge toute la famille et croulent sous le poids des tâches quotidiennes.

Ces situations sont inacceptables.

La chance que nous avons de vivre dans l’un des pays les plus privilégiés de la planète ne va pas sans responsabilité.

La responsabilité de créer des possibles pour celles et ceux, ici et dans le monde, qui en ont le plus besoin. D’autant que même dans une société progressiste comme la nôtre, l’égalité n’est pas acquise.

Vous qui participez à ce G20 des filles le savez. Vous n’êtes pas indifférentes et vous reconnaissez qu’il faut agir.

Vous avez des solutions concrètes à apporter pour que toutes les filles et les femmes puissent avoir le droit de rêver d’avenir, de vivre dans la dignité, de s’épanouir et de jouer pleinement leur rôle dans le développement de leur société.

Voilà qui est source d’espoir et qui, je l’espère, alimentera les discussions de nos décideurs parmi les plus influents réunis à Toronto et à Huntsville.

Votre plus grande force d’action, et la nôtre, c’est votre volonté de changement, ce sont vos idées et votre audace.

Le monde dont vous êtes les héritières sera à la mesure de votre engagement.

Bon sommet, les filles!