Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: 17e réunion des Gouverneurs des banques centrales des pays francophones

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.


17e réunion des Gouverneurs des banques centrales des pays francophones

Montréal, le jeudi 13 mai 2010

Je vous remercie, M. Carney, de ces aimables paroles.

Je suis heureuse de saluer les gouverneurs et les délégués des banques centrales des pays francophones.

Je me réjouis d’accueillir à Montréal celles et ceux qui participent à ce dîner et à cette conférence importante. Bienvenue au Québec et au Canada.

Je voudrais d’abord vous parler de l’espoir que le Canada représente à mes yeux.

Dans ma jeunesse, dans mon Haïti natale, j’ai vu mes parents, ma famille et mes amis aux prises avec les horreurs d’une dictature impitoyable sous le régime de Duvalier.

L’histoire de la petite fille devenue la femme qui se tient devant vous aujourd’hui est une leçon de l’apprentissage de la liberté si chère aux Canadiennes et aux Canadiens.

Beaucoup plus récemment, la catastrophe qui s’est abattue sur mon pays natal le 12 janvier nous a rappelé le sens véritable de la solidarité et nous a livré de nouveaux enseignements.

Le secours venu du monde entier, qui n’est pas resté indifférent au sort d’Haïti, et la vitalité et la détermination du peuple haïtien, pour se relever des décombres, se remettre de ses peines et de ses pertes, et se mettre à la tâche pour reconstruire une capitale et nombre de lieux dévastés, sont autant de leçons de courage, de force et d’humanité dans ce qu’elle a de plus noble. Ce sont des leçons et des messages d’espoir.

La générosité avec laquelle la population canadienne, de même que tous les échelons de gouvernement, les institutions et le secteur privé, ont répondu massivement aux appels de détresse d’Haïti, est aussi porteuse d’espoir.

Je vous parle de l’espoir d’un monde meilleur, vers lequel nous tendons tous les jours dans nos collectivités respectives, en faisant mille gestes pour venir à bout des obstacles, et pour contrer l’indifférence qui nous isolerait les uns des autres.

Le travail que vous accomplissez dans les domaines de la politique monétaire et de la stabilité financière contribue à bâtir un monde meilleur.

L’heure est à la solidarité, qui passe par le respect, la tolérance et le partage.

Autant de valeurs qui animent les membres de la grande famille de la Francophonie internationale, dont le Canada est un ardent défenseur et un fier partenaire.

Les francophones du Canada,  étant en minorité, réaffirment quotidiennement l’importance de préserver la diversité culturelle et linguistique qui enrichit le patrimoine de l’humanité.

Au cours de cette rencontre, vous vous pencherez sur des événements d’envergure mondiale qui, parfois, nous laissent perplexes.

La rapidité et la convergence des systèmes de communication, l’ouverture de nouvelles voies commerciales ainsi que la complexité du développement de nouveaux marchés ont des répercussions qui se font sentir aux quatre coins du monde.

La récession économique qui a plongé la planète dans le désarroi en 2009 a révélé non seulement l’interconnexion profonde de l’économie mondiale, mais aussi le besoin pressant de resserrer les liens qui nous unissent et d’adopter des approches communes.

Je crois également que cette crise financière a mis en évidence l’urgence d’en arriver à une nouvelle éthique du partage, comme je le disais au conseil exécutif de l’Unesco en octobre 2009.

Je suis ravie de voir à l’œuvre dans cette salle une même volonté de mettre en commun perspectives, connaissances et pratiques dans le but d’améliorer les conditions de vie du plus grand nombre.

Le travail important que vous avez effectué aujourd’hui et qui se poursuivra demain est une célébration de la richesse de notre diversité et de notre souci de contribuer au monde et à l’économie de demain.

Par votre travail, vous créez de l’espoir en faisant tomber les barrières qui nous isolent les uns des autres.

Je vous félicite de votre action, et vous encourage chaleureusement à continuer sur votre lancée.

Je me réjouis de ce modèle de collaboration que vous êtes en train d’instaurer à l’échelle de la francophonie, et j’espère qu’il deviendra une source d’inspiration pour le monde entier.

Et merci de tout cœur de votre aimable invitation à me joindre à vous ce soir.