Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Prix du Gouverneur général pour l'entraide

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.


Remise du Prix du Gouverneur général pour l’entraide

Toronto, le mardi 11 mai 2010

Il n’est pas donné à toutes et à tous de ressentir au plus profond de soi la réalité des autres et d’agir avec désintéressement afin d’aider, de soulager, de réconforter, de semer du bonheur autour de soi.

Les personnes auxquelles nous rendons hommage aujourd’hui ont cette capacité de rejoindre l’Autre au cœur de son humanité et de sa fragilité.

Lionel et Linda Mason, Heather Breanne Muir, vous servez d’appui à celles et à ceux qui, autour de vous, ont besoin de répit, de compréhension, d’amour et d’espoir.

Vous êtes des piliers de votre communauté, et je suis heureuse aujourd’hui de reconnaître publiquement votre contribution.

Ce Prix pour l’entraide est une façon de braquer les projecteurs sur vous qui accomplissez en toute gratuité et en toute humilité un travail admirable dont on n’entend rarement parler.

C’est une manière de vous dire notre infinie gratitude.

C’est aussi une manière d’inciter d’autres citoyennes et citoyens à suivre votre exemple.

On n’est jamais trop jeune, ni trop vieux, pour apaiser la souffrance, pour offrir une oreille attentive, pour s’élever contre l’injustice, pour lutter contre la pauvreté, pour trouver des solutions et des ressources, en somme pour changer le monde pour le mieux.

Et le monde, il commence ici. Dans sa famille, dans son quartier, dans sa communauté.

Je crois que nous avons une responsabilité envers celles et ceux qui n’ont pas eu la chance que nous avons eue et qui se sont retrouvés fragilisés, pour une raison ou pour une autre.

Je crois que nous avons aussi une responsabilité à l’égard des gens qui traversent les mêmes difficultés que nous avons traversées et auxquels nous pouvons apporter expérience et confiance, dans une relation de réciprocité.

C’est la responsabilité que nous avons de prendre soin les uns des autres.

Et chaque geste, chaque parole compte.

Merci d’être pour vos semblables une lumière dans la nuit, une source de vie, un baume sur les cœurs, une raison de croire en un avenir meilleur.