Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Présentation des lettres de créance et de commission (Arabie saoudite, Ghana, Mongolie et Géorgie)

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

 

Présentation des lettres de créance et de commission
(Arabie saoudite, Ghana, Mongolie et Géorgie)

Rideau Hall, le lundi 23 novembre 2009

Je vous souhaite la bienvenue au Canada.

Je suis enchantée de vous accueillir, avec vos familles et avec les membres de votre ambassade à la résidence de la Gouverneure générale du Canada.

Aujourd’hui, vous franchissez un seuil important en établissant une nouvelle relation personnelle avec le Canada. Vous pourrez désormais compter sur l’amitié et l’appui des Canadiens et des Canadiennes pour renforcer et faciliter des rapports qui, nous l’espérons, seront durables.

Les difficultés auxquelles nous devons faire face ces temps-ci, et la crise économique mondiale n’est pas la moindre d’entre elles, nous incitent à réfléchir ensemble, à joindre nos efforts, à repenser la façon dont nous faisons les choses et à miser plus que jamais sur la somme de nos solidarités.

Oui, plus que jamais, les défis qui nous attendent exigent que nous nous serrions les coudes et que nous mettions en commun nos points de vue sur les solutions possibles. Ils exigent aussi que nous travaillions ensemble de façon plus créative, plus inventive et que nous cherchions d’autres occasions d’établir des partenariats.

Voilà pourquoi votre rôle, Excellences, est plus important que jamais, à une époque où nous devons miser sur les valeurs que nous avons en partage plutôt que sur les frontières qui nous séparent.

Monsieur l’ambassadeur Al Sanosi Ahmad, le Canada et le Royaume d’Arabie saoudite ont toujours nourri une solide relation entre eux, et je suis heureuse de voir que cette relation continue de se renforcer.

L’éducation est à coup sûr une des pierres d’angle de cette relation. J’ai appris avec grand intérêt qu’environ 8 000 Saoudiens étudient actuellement dans les universités canadiennes.

Cela comprend environ 800 médecins résidents et spécialistes qui assurent des soins médicaux fort nécessaires aux Canadiens et aux Canadiennes.

Par ailleurs, sept Canadiens se sont joints au corps professoral de l’Université des sciences et technologies du roi Abdallah. Je pense qu’il est tout à l’honneur du roi Abdallah que cette université soit le premier établissement d’enseignement du Royaume où les hommes et les femmes peuvent étudier ensemble. C’est là un signe encourageant pour l’avenir.

Outre un engagement pris en faveur de l’éducation, nos deux pays partagent aussi le désir profond de promouvoir la sécurité et la stabilité.

Excellence, comme vous le savez bien, le Royaume exerce une énorme autorité morale dans le monde musulman en sa qualité de gardien des deux mosquées saintes. Votre pays est également très important pour de nombreux Canadiens et Canadiennes, y compris les milliers qui, chaque année, font le pèlerinage à la Mecque.

Le Canada reconnaît l’importance de la contribution de l’Arabie saoudite à la paix et à la stabilité dans sa région. Il encourage le Royaume à continuer à jouer ce rôle de chef de file. Soyez le bienvenu, Excellence!

Le Ghana est un autre pays qui a joué un rôle de premier plan lorsqu’il s’est agi de promouvoir la paix et la sécurité internationales.

Monsieur le haut-commissaire Turkson, je suis sûre que vos concitoyens et vous êtes très fiers du fait que le Ghana fournit actuellement des contingents à 11 missions de maintien de la paix de l’ONU.

De toute évidence, le travail du Centre international de formation au maintien de la paix, créé par Kofi Annan, un de vos concitoyens, porte maintenant ses fruits. Le Canada est fier d’avoir contribué aux efforts du Centre et de continuer à collaborer avec la police ghanéenne pour la soutenir dans le rôle qu’elle assume au chapitre du maintien de la paix.

L’année 2009 a certes été une année mémorable pour le Ghana, qui a en effet célébré le centenaire de la naissance de son premier président, Kwame Nkrumah.

En juillet, le président des États-Unis, M. Barack Obama, a fait sa première visite en terre africaine en se rendant au Ghana.

Cet automne, le Ghana est devenu le premier pays africain à remporter la Coupe du monde de soccer des moins de 20 ans. Félicitations!

Le Canada et le Ghana ont noué de très solides relations entre eux, et leur amitié remonte à loin. Ils ont de nombreuses valeurs en commun, y compris un engagement pris en faveur de la démocratie, de la primauté du droit et du respect des droits de la personne.

Ces valeurs favorisent le maintien de relations harmonieuses, et j’en ai été moi-même témoin.

En 2006, j’ai eu le plaisir et l’honneur de visiter le Ghana, où j’ai reçu un accueil exceptionnellement chaleureux.

Monsieur le haut-commissaire Turkson, je sais que vous êtes déjà venu à Ottawa, il y a plusieurs années. Comme vous le verrez, la ville a beaucoup changé, mais les hivers y sont toujours aussi froids que ceux que vous avez connus ici! Soyez le bienvenu à nouveau!

Monsieur l’ambassadeur Zalaa-uul, je sais que les climats froids ne vous sont pas étrangers. En effet, Oulan-Bator, capitale de la Mongolie, serait, dit-on, une des rares capitales où il fait plus froid qu’à Ottawa!

Le climat mis à part, il existe de nombreuses similarités entre nos deux pays.

Nous bénéficions de vastes paysages, d’une population peu nombreuse, de voisins grands et puissants, d’abondantes ressources naturelles et d’un gouvernement tourné vers l’extérieur.

Excellence, comme vous le savez, aucun autre pays que le Canada n’investit davantage dans le secteur des ressources de la Mongolie, et le Canada est le deuxième investisseur en importance après la Chine, dans l’ensemble des secteurs.

Étant donné cette solide relation, on peut comprendre pourquoi le premier ministre Batbold de Mongolie voit, dans une certaine mesure, le Canada comme un modèle de développement. Je suis sûre que nos deux pays pourront trouver des solutions efficaces et créatives, dans les limites de leurs moyens, pour accroître la coopération entre eux.

Outre que le Canada et la Mongolie entretiennent des relations commerciales, ils militent ensemble pour la paix et la sécurité.

Le Canada a soutenu la participation de la Mongolie aux opérations internationales de maintien de la paix, par l’intermédiaire du Programme d’aide à l’instruction militaire. Il apprécie aussi la contribution que la Mongolie apporte à la reconstitution des forces armées afghanes. Soyez le bienvenu, Excellence!

Monsieur l’ambassadeur Kutelia, la Géorgie est un autre partenaire important lorsqu’il s’agit de reconstruire et de renforcer l’Afghanistan.

Votre pays a autorisé les contingents et le matériel de la FIAS à passer sur son territoire pour se rendre en Afghanistan, et du personnel médical géorgien sert actuellement dans la FIAS, au sein de l’Équipe lituanienne de reconstruction provinciale.

En juin 2009, la Géorgie a confirmé qu’elle compte envoyer 500 soldats en Afghanistan en 2010.

Les relations que le Canada entretient avec la Géorgie lui sont précieuses, et le Canada est résolu à renforcer son partenariat avec elle dans les domaines du commerce et de l’investissement.

Le nombre d’étudiants géorgiens au Canada grandit sans cesse. Le Canada encourage aussi l’augmentation du nombre des visites et des échanges entre les membres de la population des deux pays.

Après la guerre ayant opposé la Géorgie à la Russie en 2008, le Canada a promptement fourni des fonds pour financer la reconstruction et les secours.

Sachez que le Canada continue d’appuyer fermement la Géorgie dans les efforts qu’elle déploie pour protéger sa souveraineté et son intégrité territoriale. Soyez le bienvenu!

Excellences, comme vous le voyez, de nombreux liens existent entre nous. Nous représentons des pays différents, mais nous sommes tous unis par notre appartenance à l’humanité.

Poursuivre le dialogue, resserrer nos liens, unir nos forces : voilà ce à quoi nous devons nous employer tout au long de votre mandat, forts de l’amitié qui nous unit.

Je vous remercie.