Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Investiture dans l'Ordre du Canada

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

 

Cérémonie d’investiture dans l’Ordre du Canada

Rideau Hall, le jeudi 5 novembre 2009

Soyez les bienvenus à Rideau Hall.

Je viens de faire de belles rencontres, des rencontres émouvantes.

Dans le sud-est de l’Europe, d’où je reviens de trois visites d’État, en Slovénie, en Grèce et plus particulièrement en Croatie, les forces vives de la société s’emploient à reconstruire ce que la guerre et la dictature ont détruit, et elles entraînent à leur suite les communautés de la région sur le chemin de la réconciliation.

De la même façon qu’elles ont dû rebâtir les édifices qui avaient été endommagés, ces communautés s’efforcent de restaurer les liens de confiance qui ont été brisés. Un geste à la fois. Un mot à la fois. Avec l’ouverture du cœur.

Ce qui était inimaginable dans ce coin du monde il y a dix ans, quinze ans, est aujourd’hui de l’ordre du possible. Comme si des portes s’étaient ouvertes pour laisser entrer la promesse lumineuse de la solidarité et de la paix.

Ces portes, elles ne s’ouvrent pas seules.

Dans toutes les sociétés, des femmes et des hommes voient le possible autour d’eux et font en sorte qu’il advienne. Même si la situation paraît désespérée, même si la route est semée d’embûches, même s’ils avancent à contre-courant.

À quoi les reconnaît-on?

À cette façon, je dirais, qu’ils ont de penser le monde autrement et d’apporter du neuf.

Ces femmes et ces hommes luttent contre les forces de l’immobilisme et de l’inertie.

Ils sont en quête de solutions aux problèmes de notre temps et à l’origine d’idées novatrices.

Ils créent dans la marge, sur la page ou le canevas.

Ils transforment les manières de voir, de faire, de penser, désuètes ou trop étroites.

Ils vont plus loin dans la réflexion, la parole et l’action.

Je dirais aussi qu’on les reconnaît à cette passion qu’ils savent nous communiquer et qui fait que nous sommes disposés à les suivre hors des sentiers battus et à changer nos habitudes et nos croyances.

On les reconnaît à cette sorte d’entêtement qui s’enracine dans une foi inébranlable en l’humanité et en sa capacité d’évoluer.

Aujourd’hui, nous honorons ces citoyennes et ces citoyens parmi nous qui déjouent l’impossible et élargissent notre vision du monde et de la vie.

On compte parmi eux des activistes communautaires de premier plan, des défenseurs des droits de la personne, de grands philanthropes, des dirigeants du monde des affaires et de la politique, des scientifiques qui révolutionnent les domaines de la santé, de l’aéronautique et de la technologie, des universitaires qui repoussent les limites de la connaissance, des artistes qui réinventent le monde, des communicateurs qui nous informent sur les enjeux du monde d'aujourd'hui, et des médecins qui soignent les corps et soulagent la souffrance.

Mesdames et messieurs, l’éventail de vos disciplines est large, mais ce qui pourtant vous rassemble, c’est l’influence de vos réalisations sur nos vies. Songez au bonheur, au réconfort et à l’espoir que vous semez autour de vous. Songez au pouvoir que vous redonnez aux citoyens et à des communautés entières.

Par votre exemple, vous nous rappelez qu’il n’existe aucune limite à ce que l’on peut accomplir, et plus particulièrement aux jeunes qui ont à cœur de poursuivre la marche du monde.

Nous avons parmi nous de ces jeunes qui n’ont pas froid aux yeux et qui ont l’audace de rêver grand.

Ce sont des jeunes qui ont été jumelés à des membres de l’Ordre du Canada dans le cadre d’un programme de mentorat que nous avons mis sur pied l’an dernier.

Ils proviennent de toutes les régions du pays, et leurs champs d’action et d’engagement sont divers, allant de Centraide aux Cadets de l’air, en passant par les scouts et les guides.

Ce sont des artistes, des ingénieurs, de futurs scientifiques et avocats, des fondateurs d’organismes de charité, des activistes qui luttent pour la justice sociale et l’inclusion, et j’en passe. 

La relation qui s’établit entre eux et leur mentor est loin d’être à sens unique. Dès les débuts du programme, nous nous sommes aperçu qu’un dialogue s’instaurait entre les générations, dans un esprit de partage.

C’est aussi dans cette perspective que nous avons choisi de célébrer en leur présence la portée de vos réalisations et de les inclure dans la cérémonie d’aujourd’hui.

Veuillez vous levez les jeunes du programme de mentorat 2009.

Sous leur regard, vous entrez dans le panthéon des grands Canadiens et les incitez à vous suivre.

Je crois profondément que votre savoir, votre expérience, et leur volonté d’agir sont des gages d’avenir et de possibilités.

Encore une fois, mes plus sincères félicitations et merci, mille fois merci.